Charles Acek, des murs aux trains

Sa première bombe aérosol à la main, Charles Acek, originaire de la Rive Sud, s’est aventuré dans une patinoire puis a peint son premier graff. De la patinoire aux usines désaffectées, des ponts aux trains, depuis décembre 2010, il ne s’arrête plus. Sa passion pour le graffiti ferroviaire, son goût pour la peinture sur toile ainsi que son œil pour la photographie en font un artiste à plusieurs facettes. Ayant participé à la deuxième édition d’Artflip plus tôt dans l’année, à Sherbrooke, il expose cette fois-ci jusqu’au 30 avril à la Galerie Fresh Paint pour la première édition montréalaise de l’événement, aux côtés d’une cinquantaine d’artistes.

 

Fresh Paint – Qu’est-ce qui a déclenché ton désir de passer du dessin papier au mur et à t’aventurer dans un terrain abandonné, bombe aérosol à la main, la première fois ? Tu graffes depuis combien de temps ?
Charles Acek – On dessinait tout le temps dans la famille. Mon frère m’a inspiré, il dessine beaucoup, par pur plaisir. Puis, un jour ma mère m’a offert ma première bombe aérosol et je suis allée me promener.
Mon premier graffiti était sur une patinoire, ensuite des murs. Au début, j’en faisais avec un ami graffeur. Depuis un peu plus de 5 ans, je graffe sur la Rive Sud et Montréal : des usines abandonnées, des ponts, des trains…

FP – Que ressens-tu quand tu es seul dans un lieu isolé et que tu t’apprêtes à créer à l’abri de tout
regard ?
CA –
Parfois, je peins pendant 10h et d’autres fois très rapidement. Mon moteur c’est la satisfaction de
réussir ce que je fais, l’action de peindre et mélanger les couleurs, également l’adrénaline qui embarque. Lorsque je graffe, l’espace devient une zone de pensée libre, un lieu d’évasion où se créé un moment de détente.

FP – T’arrives t-il de participer à des murales collectives ?
CA – Pour les trains, je créé avec le collectif de graffeurs AM (All Metal) et le collectif multidisciplinaire N2N (“End to end” : de l’extrémité à une autre du train). Pour les murales, je graffe avec Crane, N2N, 203, Naimo et Lyfer. Il y a plusieurs cliques, on rencontre toujours beaucoup de gens.

FP – Quelle dimension l’anonymat donne à ton art ?
CA – Je ne me suis jamais vraiment caché de dire qui j’étais. Je signe avec mon nom de graffeur qui est différent de mon nom complet car il représente une partie de ma vie comme artiste de rue, mon cheminement en tant qu’Acek. Toutefois, je souhaite m’identifier et être présent.
C’est une tune de Dr. Dre qui m’a inspirée à choisir le pseudonyme “Charles Acek” : “You try to be the king but the Ace is back“.

Painting

 

FP – Tu es un artiste éclectique, en quoi se différencie ton processus créatif selon que tu t’apprêtes à peindre sur un mur, de la toile ou à faire de la photographie ?
CA – L’environnement est ce qui différencie ma façon de créer selon que je peins sur des murs, sur de la toile ou que je photographie. J’aimerais que les gens puissent regarder les trains que je graffe comme les toiles que je réalise. Je veux exploiter le figuratif, pousser le graffiti de façon aussi approfondie que la peinture sur toile, faire de l’art abstrait aussi bien sur les trains que dans la rue et sur des toits.
La photographie, j’en faisais avant de créer avec une bombe aérosol, puis j’ai commencé à immortaliser mes graffiti en les photographiant soit au complet, soit en partie en mode close-up pour mettre en avant un détail.
Quand je graffe sur des trains de marchandises, je m’inspire de la peinture sur toile et j’aime le lettrage structuré et volumineux, exploiter les textures, créer des connexions et des effets. J’ai l’impression que j’embellis le train. J’aimerais rendre le graffiti accessible aux gens.
Lorsque je créé une toile ou une photographie, j’aime sous-entendre le graffiti, qu’il ne soit pas le sujet principal de l’œuvre mais qu’il demeure présent d’une autre manière.

FP – De quelle façon souhaiterais-tu que ton avenir artistique évolue ?
CA – Je veux m’investir dans l’art montréalais. Mes projets et souhaits pour le futur : une exposition personnelle avec des toiles en grand format, une exposition collective avec des amis du street art et d’autres artistes que j’apprécie. J’aimerais vraiment créer des événements autour de l’art de rue, mêler des shows de hip hop au graffiti et encourager l’art en réunissant des artistes de styles différents. Je souhaite organiser un festival d’art de rue sur la Rive Sud durant l’été.

 

Expo|Stranger Familiar

On parle énormément de féminisme dans l’art depuis quelques années. Les femmes reprennent les luttes, prennent conscience de leur pouvoir, de leurs capacités et de leurs talents. Ilichna Morasky fait partie de ces femmes inspirantes qui colorent Montréal. Il y en a beaucoup, on est choyé! Ce qu’il y a de particulier avec Ilichna, c’est la façon dont tout autour d’elle émane d’une énergie forte et positive.

04

D’origine chilienne, elle est arrivée à deux ans au Canada pour s’établir avec sa famille à Toronto. Ce n’est que depuis quatre ans que nous avons la chance de l’a voir s’épanouir dans notre ville. C’est sous le pseudo Stranger Familiar que l’on retrouve ses performances. Stranger Familiar, de ces choses douces et agréables qui nous sont familières, elle ajoute une touche awkward, dérangeante, s’harmonisant dans des œuvres qui lui sont propres. S’il existe un certain présupposé sur les artistes, c’est bien que ceux-ci sont de nature renfermée, timide et peu bavarde. Si ce stéréotype est absolument absurde, Ilichna Morasky serait la personne nommée pour contredire cette présomption. L’artiste qui s’est présentée à la galerie Fresh Paint au début du mois d’octobre afin d’entreprendre sa première fresque, n’était autre qu’une femme curieuse, motivée, joyeuse, pleine d’entregent et prête à relever un défi personnel. Ce mur des curiosités (d’une beauté inspirante et apaisante) est très organique. On peut y voir le désir que l’on a de collectionner et acquérir de la beauté, s’approprier de la nature, car celle-ci se trouve à être si pure. Pourtant, dans le désir de possession subsiste l’idée de dénaturer cette beauté même, en la retirant de son environnement, là où tout son éclat pouvait resplendir. En regardant la fresque de Stranger Familiar sous un autre angle, on comprend qu’elle aura voulu créer un mur où, même les éléments dénaturés, de par leur beauté, créait dans ce nouvel environnement, une nouvelle ambiance.

02

Sa première participation à la galerie Fresh Paint est reliée à un autre de ses talents, la confection de bijoux. Elle avait participé à un marché en vendant de ses créations et c’est maintenant par son talent en peinture que l’on a pu l’a découvrir.

“Stop apologizing for nothing, make your own place in this world and trust yourself “

En tant que femme, elle aura subi énormément de pression sociale, intégrant une peur artistique. Elle peint et dessine depuis toujours, mais quelque chose manquait à son épanouissement. C’est au moment où elle s’est rendue compte qu’elle n’était pas satisfaite de son emploi qu’elle prend résolument la décision de s’écouter et de se lancer dans ce qu’elle avait vraiment envie de faire, de la musique. Le «Why not me?» que l’on se pose tous, elle a décidé de l’appliquer et de plonger dedans. Après plus d’un an d’apprentissage, de création, de persévérance, de motivation, elle sortira son premier Ep, Fire under water, le 19 décembre prochain à the Plant. En faisant sa connaissance, on a droit à une inondation directe de rires, de joie, de fascination et de bonne humeur. Sa force créatrice est telle que rien ne l’arrête plus, ni les défis, ni l’inconnu, ni la peur du jugement. Elle s’apprête à voyager au Chili dans l’intention de se nourrir de la culture dans ses différents projets créatifs, autant dans la confection de bijoux, dans la peinture que dans la musique. Elle est couramment approchée, surprise et fière d’elle-même à chaque fois. 

Listen to your inner voice, you know it’s there but it’s easy to let others shroud it with noise so pay close attention. Be strong and confident because you are worth it. 

Ilichna Morasky est une femme et une artiste inspirante. Prête à relever les défis, elle a su embrasser son talent armé de son courage et de sa passion pour nous offrir une fresque incroyable. L’un des plus beaux messages que l’on pourrait donner à des femmes, c’est l’inspiration. C’est ce qu’offre Ilichna par sa volonté, sa force de vivre, son art diversifié et vibrant, sa bonne humeur et sa détermination.

Expo|KUB

Il y a de ces artistes que l’on rencontre qui nous marque par leur imagination, par leur technique, par leur créativité, par leur message et/ou par leur personnalité. Avec Kub, c’est un peu de tout ça qui nous prend à la fois. Julien Hirn est originaire de Périgneux, en France. Il a découvert sa passion pour la caricature, le cartoon et l’art à un très jeune âge, alors que son frère dessinait beaucoup. Il a également énormément été inspiré par les cartoons et comics que l’on peut écouter lorsqu’on est jeune.

Kub: Mon style est clairement un mix ou un sandwich de tout ce qui m’a nourri. Les cartoons, la caricature et mes études artistiques m’ont amené à développer un mélange inspiré de la réalité, mais que je cherche à rendre plus fun ou plus irréaliste. Cartoon ou caricature sont pour moi les mêmes choses, partir de situations réelles et trouver les points dans l’ossature qu’il faut exagérer. Cela demande un travail d’analyse, de précisions et de subtilité malgré un rendu grossier, ou dans le style du gag… Et je me rends compte que c’est toujours ces choses qui m’ont attiré dans l’art Otto Dix, Francis Alys, Giacometti, Scheide. J’aime les créations entières, sans concessions.

Si vous aviez à le rencontrer, ce que je vous souhaite fortement, vous remarquerez sa personnalité joueur, à rigoler de tout. Il est bien représenté par le singe, espiègle, curieux et qui adore les peanuts. Cette personnalité est très bien reflétée dans son art. Pourtant, d’où lui vient un blaze qui semble en contradiction avec sa personnalité?

Kub: Mon alias Kub vient de mes études des Beaux arts à Nancy. J’avais créé une sorte de logo hexagonal où les lettres créaient les faces du cube. Le côté « carré » marche plutôt bien avec l’attention et le soin que je développe dans mon travail. De plus, je suis un grand fan de bouffe et le bouillon Kub (bouillon pour la cuisine) me convient sur le côté chaud bouillant dès que l’on me propose un projet artistique… C’est sûrement aussi pour ce côté nourriture que récemment j’utilise Kub Sandwich sur ma page Facebook et Instagram.

C’est en parlant et en échangeant avec Kub que l’on se rend compte de son sens de l’humour et de sa créativité. Kub met ce talent à profit avec le projet Skin Jackin depuis plusieurs années. Le Skin Jackin se trouve à être une team invitée à « pimper » l’épiderme des gens lors de divers événements. Souvent à caractère politique, cartoonesque, utilisant la calligraphie et les jeux de mots. Il y a depuis quelques années, plusieurs équipes de Skin Jackin qui se sont formées dans le monde, on en a même une très belle à Montréal. Kub a eu un certain rôle à jouer dans le développement de ce projet en France.

Kub: Le Skin Jackin a démarré sans moi en 2009, lorsque je passais de Lyon à Paris (donc à Melun) en tant que professeur d’arts plastiques. Il y avait Vincent sur Bordeaux et Charly, développant le côté international en montant une team à Montréal. Je connaissais Vincent et une bonne tripotée des joyeux lurons bordelais. L’idée de monter une team sur Paris tombait un peu sous le sens. J’ai alors pris ça en charge. Je suis ensuite redescendu sur Bordeaux et l’équipe m’a accueilli à bras ouverts. Maintenant, il y a Taïwan et peut-être d’autres horizons prochainement… C’est un super projet. Au niveau humain, les artistes que tu côtoies t’enrichissent tellement et la bonne ambiance qui règne durant nos sessions est un pur moment de bonheur, un peu comme une colonie de vacance. Mes rapports au public m’ont fait prendre conscience qu’il ne faut pas hésiter à brusquer les gens dans leurs conceptions et à assumer nos créations pour lesquelles nous bossons. Notre adage : « Tu ne choisis pas, mais t’es content !» Et puis, niveau graphique, on se met une bonne dose à la recherche de la pièce la plus efficace. Je vois un peu ça comme du dessin de presse, produire un visuel et mettre en écho une typo qui crée une forme de blague… On a beaucoup de beaux projets, spécialement ceux qui touchent au handicap et à un engagement social. Mais le plus beau projet a été de pouvoir donner des ateliers à Taïwan avec mon poto Migwel (thanks to Olla Boku illustratrice de Tainan), à la Kun Shan University. Avec pour bouquet final une fresque réalisée avec 200 étudiants de l’Université.

Avec une cinquantaine de murals à son actif, plusieurs années de Skin Jackin, des centaines de feuilles noircies, il est du type à aimer prendre son temps, qui aime chipoter afin de produire un dessin, une œuvre à la hauteur de ses attentes. De façon assez surprenante, son médium préféré se trouve à être le « bic » ‘ballpen’. Pourquoi ? Parce qu’il est simple, parce que c’est le plus basique et qu’il offre une variété de dégradés. Il aime le fait de fixer directement la création sur le papier, sans erreurs possibles, ou plutôt afin de conserver toutes les erreurs possibles. Toutefois, il apprécie tous les outils, souvent source de son approche et même de son style.

Lors de son passage au Fresh Paint, mur que vous pouvez voir présentement, il nous a honoré d’une fresque hyper mouvementée ! Je ne veux pas trop spoiler, mais l’un de ses personnages le représente assez bien. Mais quel message désirait-il laisser de sa murale?

Kub: Récemment, en échangeant avec un type à NYC, le thème des cauchemars est venu au centre du débat. Et je crois qu’il y a un côté comme ça. Produire des personnages qu’on adore détester. Mais au fond, je crois que je tiens à ce que l’on prenne le temps de regarder avant de juger, un adage qui me vient directement de ma vision de la vie. Bien sûr, le côté humour est au centre. M’amuser des personnages que je dessine, les rendre «ugly», mais au fond touchants. Le mur de la Fresh Paint est vu comme ça. C’est une dédicace aux arts urbains et au froid Montréalais. Le loup lui est un peu la vision du vice, l’élément perturbateur. Il y a également la course avec le temps et les souvenirs qui sont des notions qui reviennent souvent.

Julien, alias Kub, est une personne qui semble particulièrement critique de son art. Il semblerait que ses principales qualités seraient ce travail d’analyse et d’œil photographique qu’il continue de développer. Il s’améliore dans son travail de couleurs, et cherche à progresser encore et encore. Il considère chaque projet comme un nouveau terrain de jeu où il doit prendre plaisir à créer, au risque de ne pas aimer ce qu’il produit. Son principal défaut serait de chercher le perfectionnisme et peut-être le désir de trop détailler son travail, alors que celui-ci ne le mérite pas nécessairement. Il y a aussi ce curseur qu’il recherche entre le côté labyrinthique de ses traits et une lisibilité à développer.

Présentement en voyage, il laisse l’art et l’aventure le guider, ses terrains de jeux se multipliant sur son chemin. Il est parti de Montreuil où il a fait une fresque au festival La voix est libre (il tient à remercier Evazésir Norulescorp). Puis de passage à Montréal, où il a fait son mur au Fresh Paint (il tient à remercier Loopkin, Marine et Ana). Il s’est par la suite retrouvé à New York puis à Miami et il est encore sur la route.

Kub: Le but du jeu est justement de peindre ou dessiner autant qu’il me sera possible de le faire… Tout en continuant mes rencontres avec les galeries sur ma route. Je commence à réellement assumer ce que je produis. Et j’ai l’impression que mon style graphique fait un peu peur en France. Les étrangers ont l’air moins frileux concernant les styles comme le mien. Le but du jeu serait de monter un projet d’exposition avec une galerie, ou une résidence artistique. Bref, me faire financer un temps de création et par conséquent donner un coup de projecteur sur mon travail. Et tout ça ne se passerait pas sans les belles rencontres humaines que je fais sur mon chemin. Au fond, c’était un désir ardent depuis longtemps. Le voyage. Tu ne t’en penses jamais capable à entendre les autres en parler, mais quand tu vis ton voyage et que ce sont tes yeux qui voient tout ça, tu te dis que c’est facile, en fait.

Artiste épanoui et réfléchi, aventurier dans l’âme, sympa en personne, sa fresque vaut le détour. C’est avec un immense plaisir que la Galerie Fresh Paint a accueilli Kub lors de son passage à Montréal. Et l’on sait que pour cet artiste, le meilleur est encore à venir. Presto Kub !

Facebook | Instagram | Behance

What’s up MTL | 20 octobre au 1er novembre

Mardi, 20 octobre 2015

WhatsUPMTL_20OCT_Ciné-Campus_Le journal d'un vieil homme

CINÉ-CAMPUS: LE JOURNAL D’UN VIEIL HOMME | Jusqu’au 21 octobre 2015

Drame psychologique de Bernard Émond
Le journal d’un vieil homme
Synopsis: Nicolas Guimond, médecin et homme de science de réputation internationale, est atteint d’une maladie incurable qu’il cache à ses proches. Au seuil de la mort, le septuagénaire s’accroche à son emploi de professeur et à l’affection de sa fille adoptive, Katia. Pendant ses derniers mois, Nicolas fait le point sur sa vie et sur l’impact qu’elle a eu sur les siens, notamment, Barbara, sa deuxième femme, et Anne, leur enfant. Mais, par-dessus tout, il essaie d’apaiser le mal de vivre de Katia, une comédienne ratée, qui s’enfonce dans une profonde mélancolie depuis une tentative de suicide. Impuissant par rapport au désarroi de sa fille, Nicolas se rend compte qu’il est aussi démuni qu’elle devant le vide de sa propre existence.

Québec, 2015
V.O. française
Durée: 82 minutes
Classement: Général

Représentations:

Mardi 20 octobre à 17h15, 19h et 21h30
Mercredi 21 octobre à 17h15, 19h et 21h30

Lieu: Centre d’essai – Pavillon J.-A.-DeSève | 2332 boul. Édouard-Montpetit, 6e étage, Montréal
Plus d’informations

 

WhatsUPMTL_20OCT_Vernissage MA s'expose

VERNISSAGE MA S’EXPOSE | 17H

Cette exposition regroupe les pièces de vingt-deux diplômés du programme Technique des métiers d’art. Sélectionnés par un jury, ses artisans créateurs vous présentent des projets reliés à leur pratique.

L’exposition se poursuit jusqu’au 29 octobre à l’Agora du CVM.
Heures d’ouverture de l’Agora :
Lundi au jeudi : 12h à 19h
Vendredi : 12h à 16h

Lieu: Cégep du Vieux-Montréal | 255, rue Ontario est, Montréal
Plus d’informations

 

WhatsUPMTL_20OCT_Lancement J'ai peur des poissons par William Fate

LANCEMENT: “J’AI PEUR DES POISSONS” PAR WILLIAM FATE | 18H

Lancement du premier Tome “J’ai peur des poissons” par William Fate
– Dans la salle privée “Sardine” au restaurant Thazard –
– Petite bouchées asiatiques sur place –
– Achat sur place du livre –
– Présentation des planches originales-

Ce projet regroupe des photographies prises entre 2009 et 2015 qui témoignent de certains moments vécus par l’auteur. Les textes qui les accompagnent ont pour la plupart été écrits où été griffonnés dans des carnets, sur des bouts de napkins ou sur des reçus bancaires au moment ou la photo a été prise.

Lieu: Thazard | 5329, boulevard Saint-Laurent, Montréal
Plus d’informations

 

WhatsUPMTL_20OCT_Chilleur Les Soirées Entrepreneur

CHILLEUR: LES SOIRÉES ENTREPRENEUR | 18H

Les soirées entrepreneur, présentent le créateur de la marque Chilleur. Venez le rencontrer, poser des questions et partager un goûter!

www.chilleur.com

Lieu: Maison des jeunes L’Escampette | 525, rue Dominion, suite 100, Montréal
Plus d’informations

 

WhatsUPMTL_20OCT_Zulu Nights Montreal's True Hip Hop Night

ZULU NIGHTS: MONTREAL’S TRUE HIP HOP NIGHT | 22H

Zulu Nights est une ode à la Zulu Nation et les partys de Hip Hop de Afrika Bambaataa dans NYC dans les années ’70. Le concept est simple, juste de la bonne musique Hip Hop (Funk, Rap, RnB, Disco, Beats et plus).  Il y a un espace danse pour tous les Bboys, Bgirls, Poppers, Lockers et Hip hoppas qui le désirent.

Entrée gratuite, spéciaux sur la boisson toute la soirée.

Lieu: Maison Sociale | 5386, boulevard Saint-Laurent, Montréal
Plus d’informations

 

Mercredi, 21 octobre 2015

WhatsUPMTL_21OCT_Journée sans culture [réfléchir ensemble]

JOURNÉE SANS CULTURE – [RÉFLÉCHIR ENSEMBLE] | 9H

Dans le cadre de la Journée sans culture, une rencontre interdisciplinaire se tiendra au Théâtre Aux Écuries le 21 octobre de 9h à 17h.

Peu importe votre métier dans le secteur des arts, vous êtes convié.es à une réflexion collective sur les enjeux qui affectent votre communauté élargie. Dans le cadre de tables de discussion, vous pourrez vous exprimer librement sur sept thématiques.

Programme de la journée et inscription:
www.journeesansculture.ca

Un lunch sera proposé sur place au coût de 6$ et un 5 à 8 suivra l’événement au bar Le Cep et le Houblon, 2280 rue Bélanger.

Lieu: Théâtre aux Écuries | 7285, rue Chabot, Montréal
Plus d’informations

 

WhatsUPMTL_21OCT_Causerie Pour la survie du journalisme

CAUSERIE: POUR LA SURVIE DU JOURNALISME | 17H

Causerie / Lancement
Les journalistes – Pour la survie du journalisme

Avec Robert Maltais, Lise Millette et Alain Saulnier
Animée par Pierre Cayouette

Quel est l’état actuel du journalisme ? Quel sera le visage des médias de demain ? Et, surtout, comment s’annonce l’avenir de ce métier dont la difficile et délicate tâche consiste à témoigner de la marche de l’humanité ? Vingt et un journalistes de métier et professeurs de journalisme – d’ici et d’ailleurs – ont accepté de se pencher sur ces questions.

Réservation obligatoire: 514 739-3639

Lieu: Librairie Olivieri | 5219, chemin de la Côte-des-Neiges, Montréal
Plus d’informations

 

WhatsUPMTL_21OCT_Baron Samedi Open Mic

BARON SAMEDI – OPEN MIC (JE SUIS VENU, J’AI VU, J’AI RAPPÉ) | 21H
Premier Événement Open Mic au Baron Samedi  organisé par Sunz Iaco et So Small.

Venez RAPPER, chanter et soutenir en grand nombre tous les participants et fêter l’ouverture officielle événementielle du Baron Samedi – Open Mic.

L’événement ”Open Mic” aura lieu un Mercredi à chaque mois!

Lieu: Baron Samedi | 3135, rue Masson, Montréal
Plus d’informations

 

Jeudi, 22 octobre 2015

WhatsUPMTL_22OCT_Vernissage expo Habana

VERNISSAGE DE L’EXPO HABANA, UNE HISTOIRE QUI BASCULE | 18H

La Havane, coeur de Cuba. Une histoire qui bascule, un monde qui s’ouvre vers l’extérieur. De l’extérieuret de l’intérieur.Les Cubains vivent avec un accès limité au monde extérieur, se battent à la fois fièrement pour donner un sens à leur monde intérieur. Existe-t-il un contraste entre ces deux mondes ? S’entremêlent-ils au contraire de manière organique et singulière? Comment cette dualité s’exprime-t-elle, dans l’oeil de 6 artistes de l’extérieur, à la recherche de l’intériorité cubaine?

Lieu: L’Archipel | 5333, rue Saint-Urbain, suite 909, Montréal
Plus d’informations

 

WhatsUPMTL_22OCT_Roxane Gay in conversation with Rachel Zellars

ROXANE GAY IN CONVERSATION WITH RACHEL ZELLARS | 19H
Roxane Gay est une enseignante, une éditrice, l’auteure acclamée de deux livres à succès “An Untamed State” (Grove Atlantique) et “Bad Feminist”, (Harper Perennial) et l’une de nos penseuses. Gay est appréciée de par sa critique de la culture pop, pour ses opinions honnêtes, drôles et informées sur le féminisme, la race et le sexe. Conversation entre Roxane Gay et Rachel Zellars, avocate, candidate au PhD en éducation à McGill et co-fondatrice du collectif Third Eye.

Lieu: Ukrainian Federation Hall | 5213, rue Hutchison, Montréal
Plus d’informations

 

WhatsUPMTL_22OCT_Crooked Fagazine Issue #5 Launch Party

CROOKED FANZINE ISSUE #5 LAUNCH PARTY | 20H
Party de lancement du 5e fanzine de Crooked.

Entrée: 5$ (inclut une copie du fanzine)

Lieu: Bar L’Hémisphère Gauche | 221, rue Beaubien est, Montréal
Plus d’informations

 

Vendredi, 23 octobre 2015

WhatsUPMTL_23OCT_EXPO POP UP ART CIBLE

EXPO POP UP – ART CIBLE | 17H
Avec une contribution volontaire de trois dollars, on vous réserve une soirée haute en couleur avec arts visuels, musique, échanges et prestations.

Pour les artistes de la relève : il s’agit d’une occasion de prendre part à l’organisation d’un événement culturel et de présenter un projet artistique en cours, partager des idées et des démarches de création et de rencontrer des artistes, membres du secteur des arts et de l’industrie culturelle et un public.

Lieu: Espace Projet | 353, rue Villeray, Montréal
Plus d’informations

 

WhatsUPMTL_23OCT_#LavalOuRien Launch Party

#LAVALOURIEN LAUNCH PARTY | 19H

On est excité d’annoncer une collaboration avec le producteur lavallois High Klassified, pour créer la capsule « Laval Ou Rien », qui fera partie de la série Chez Nous de la boutique, qui rend hommage aux divers quartiers de Montréal.

La capsule « Laval Ou Rien », signée OTH x High Klassified sera disponible vendredi, 23 octobre, pour coïncider avec le lancement de Kronostasis sur Fool’s Gold.

Pour célébrer, nous tiendrons une soirée de lancement et une session d’écoute le 23 Octobre, de 18h à 21h, chez OTH.

Lieu: Off The Hook | 1021, rue Sainte-Catherine ouest, Montréal
Plus d’informations

 

WhatsUPMTL_23OCT_POWWOW @ ART WORKSHOP

POWWOW @ ART WORKSHOP | 20H

Viens-t’en faire la fête à l’atelier. It’s a feucking party!
Sauces-toi (la tête, l’esprit) dans notre univers anarchique où sont accrochées, pêle-mêle, nos dernières créations. Mets tes plus beaux léopards et laisses ton corps s’exprimer sur le beat. Nos musiciens/Djs s’occuperont d’un dancefloor digne de vos mouvements les plus incroyables.

No cover, BYOB, ouvert à tous.

Lieu: 2242, rue Larivière, #140, Montréal
Plus d’informations

 

Samedi, 24 octobre 2015

WhatsUPMTL_24OCT_Bazar Vintage Montréal

BAZAR VINTAGE MONTRÉAL | 8H
Bazar Vintage Montréal est enfin de retour avec son méga bazar vintage de l’automne! Que du Vintage, antique, rétro, industriel, kitsch & Mid-century.

Plusieurs vendeurs sur place. Beaucoup de nouveautés.

Lieu: Église St-Jean-Berchmans de Montréal | 5945, rue Cartier, Montréal
Plus d’informations

 

WhatsUPMTL_24OCT_Salon du Disque de Montréal Automne 2015

SALON DU DISQUE DE MONTRÉAL AUTOMNE 2015 | 8H45
Vinyles, CDs, Cassettes, affiches, livres, magazines et plus!
Admission (10h): 5$
Lêve-tôt (8h45): 12$

Lieu: École Saint Enfant Jesus | 5035, rue Saint-Dominique, Montréal
Plus d’informations

 

WhatsUPMTL_24OCT_Le Mini-Festival du Synthé de Montréal 3e édition

LE MINI-FESTIVAL DU SYNTHÉ DE MONTRÉAL – 3E ÉDITION | 15HGratuit!
Apportez vos Synthés, vos instruments vintage, vos vieux casio bendé, DIY et autre objects qui font du bruit!

Performances par:
-Mécanik Synthétik
-Émilie Mouchous+Bernard Gagnon
-Pat McMaster
-Andre SimS
-Sinemod+Splash

Avec sur place:
-Cylonix (http://www.cylonix.com/)
-Doepfer (http://www.doepfer.de/)
-Hexinverter (http://www.hexinverter.net/)
-Kilpatrick Audio (http://www.kilpatrickaudio.com/)
-Mr bitduino (https://www.facebook.com/mrbitduino)

Arrivez tôt!

Lieu: Atomic Café | 3606, rue Ontario est, Montréal

Plus d’informations

 

WhatsUPMTL_24OCT_Can I Get A Soul Clap 2015

CAN I GET A SOUL CLAP | 19H

Can I Get A Soul Clap est une compétition annuelle de danse de rue qui met en valeur les talents des artistes québécois, canadiens et internationaux.

Cette année, pour sa 6ème édition, les danseurs auront la possibilité de compétitionner pour les titres de:
“Soul Clap B-boy / B-girl 5 vs 5 Champion Crew”
et
“Soul Clap All-Styles 1 vs 1 Champion ”

L’événement réunira invités spéciaux et internationaux à Montréal.
Il y aura également un petit marché, une vente aux enchères et des ateliers de danse enseignés par nos juges.

Lieu: Artgang Montréal | 6524, rue Saint-Hubert, Montréal
Plus d’informations

 

Dimanche, 25 octobre 2015

WhatsUPMTL_25OCT_Howl Activist Art Fair

HOWL! ACTIVIST ART FAIR | 11H
Dans le cadre de la série d’événements d’automne de Howl, il nous fait plaisir de vous annoncer la tenue de notre troisième foire d’artistes activistes en collaboration avec Popolo Press, incluant affiches, impressions, zines, musique et autres œuvres d’art créées dans un contexte de luttes pour la justice sociale.

Lieu: Casa Del Popolo | 4873, boulevard Saint-Laurent, Montréal
Plus d’informations

 

WhatsUPMTL_25OCT_JOAT presents ICY Tutting Intensive Workshop

JOAT PRESENTS ICY TUTTING INTENSIVE WORKSHOP | 18H

Icy, membre du collectif The Moon Runners, partagera ses techniques et l’approche du “tutting”.

2 classes en 1 au prix de 15$.

18h00-à-19h00
Angles fixes

19h00-à-20:00
L’utilisation de concepts pour les transitions

Lieu: Urban Element | 7347, boulevard Saint-Hubert, Montréal
Plus d’informations

 

Mercredi, 28 octobre 2015

WhatsUPMTL_28OCT_Beaux Dégâts #34

BEAUX-DÉGÂTS #34 | 20H
L’événement Beaux Dégâts tend à faire un parallèle avec la réalité de nos artistes de la rue et le monde des Beaux Arts. Oubliez les vernissagesembourgeoisés, les attitudes, l’élitisme et les égos ! Beaux Dégâts est là pour ramener ce qui a été trop longtemps oublié par les institutions d’art et ramener une réalité, celle de nos artistes de rue: l’importance de la communauté, le partage, l’accessibilité, l’inusité.

En deux heures, 6 équipes d’artistes improviseront des murales de 8″ X 8″ sur des thématiques distribuées le soir de l’évènement. Chaque équipe devra ainsi rechercher et s’approprier des références visuelles pour conceptualiser leur production devant le public. Tous les médiums sont autorisés, sauf le spray-paint. Durant tout l’évènement, le public pourra voter pour leur murale préférée à l’aide de leur canette de bière Pabst Blue Ribbon. L’équipe récoltant le plus de cannettes remporte le droit de repasser par-dessus les œuvres des autres s’ils le souhaitent.

Entrée: 5,00$

Lieu: Foufounes Électriques | 87, rue Sainte-Catherine est, Montréal
Plus d’informations

 

Jeudi, 29 octobre 2015

WhatsUPMTL_28OCT_VernisageExpositionBlanc

EXPOSITION BLANC – VERNISSAGE | 17H
Vernissage de l ‘exposition “Blanc” regroupant des oeuvres de:
Malgosia Bajkowska,
Wah Wing Chan,
Marianne Chemla,
Pnina C. Gagnon,
Jean-Michel Correia.
Eva Richardson,
Marie-Claude Robillard

RSVP votre présence au vernissage mbajkowska@salonb.ca ou au (514) 815-2855.

Lieu: Salon B | 4231b, boul. Saint-Laurent, Montréal
Plus d’informations

 

WhatsUPMTL_28OCT_Où sont les femmes HALLOWEEN PARTY

OÙ SONT LES FEMMES – HALLOWEEN PARTY | 20H
Soirée spéciale, lieu spécial… C’est l’Halloween! Le Bain Mathieu sera réservé à LSTW pour la soirée. Ambiance & surprises. Soirée épouvante! Déguisement fortement conseillé.

Tous les mois, la soirée « Où sont les femmes?» est là pour les femmes de la communauté! Venez prendre un verre et danser avec nous.

Entrée: 8,00$

Lieu: Bain Mathieu | 2915, rue Ontario est, Montréal
Plus d’informations

 

Vendredi, 30 octobre 2015

WhatsUPMTL_30OCT_La vente d'entrepot du Aux 33 Tours 2

LA VENTE D’ENTREPÔT DU AUX 33 TOURS #2 | Jusqu’au 1er novembre

Suite à la demande populaire, une deuxième vente d’entrepôt avec maintenant 75 000 VINYLES qui n’étaient pas sur le plancher au mois de mai aura lieu. Comme lors de la première vente, il y aura aussi une tonne de CDs, 45-tours et cassettes.

Lieu: Aux 33 Tours | 5425, rue Casgrain, suite 806, Montréal
Plus d’informations

 

Samedi, 31 octobre 2015

WhatsUPMTL_31OCT_FKA MAG HEART CITY HALLOWEEN

FKA MAG + HEART CITY HALLOWEEN | 22H

Retour automnal des événements de FKA MAG. Party d’Halloween.

Lineup de la soirée: HAUTE | WALLA P & DR.MAD OF Voyage Funktastique |
Hunter S. Compton | Jei BANDIT | Aloof Hipster

Lieu: Le Belmont | 4483, boul. Saint-Laurent, Montréal
Plus d’informations

Crossing borders 011: Des X

Crossingborders_artwork_H670px

 

When I think of my high school prom year, I get vivid flashes from my orientation classes. At the time, I was an A-grade student and didn’t think much of parties, drinking and late night chillings. Needless to say, for many of the friends I hung out with at the moment, it was all the same. Instead of that, rested on our lips that one question adults had managed to get us nearly obsessed with: “now that high school is done, what do I want to do with my life?”

Eight years later and my share of studying done, I work full-time on my sound technician career in a recording studio in the city, but yet fail to feel entirely content with what I’ve accomplished. I’ve always been one to work on plenty projects at the same time and so feeling like I’m only one thing — just another sound technician, really — is nowhere near satisfactory. Because really, what if we could be more than “just one thing”? In Alanis Morissette’s — a Canadian-American alternative rock singer-songwriter, guitarist, record producer and actress — introductory post featured on her new blog, she reveals she was made fun of “for having many passions, wanting to express in many forms — as though we could only be ONE THING; I don’t know anyone who is ONE THING”, she says.

I often wonder why we choose to define ourselves by our professions. It’s almost as if we’re constantly looking for who we really are without ever finding reassuring answers leaving us  the easy way out defining ourselves by what we do. Think about it; the first thing you ask after “hi, how are you?” when meeting someone, is almost always “what do you do?”. What we “do” has taken such a great importance that I’m scared it will only get harder for high school graduates to choose what they want to do for the next seventy-some years.

Personally, I have decided to quit my career job, apply for a 2-year working holiday visa in Ireland, work on my writing and see where it takes me. Others, like Des X, choose to work on other projects in parallel with their career choice. And while some may feel absolutely comfortable with being “one thing”, for others, maybe coming and going is what makes us who we are.

 

Fresh Paint Gallery: Hi Des X. For starters, could you tell me a little about your personal and educational background?

Des X: Hi! At first I was focused on humanities yet I graduated in architecture. As for personal background information, I grew up with the late ’80’s alternative culture, so my first passion was to listen and play thrash metal. After a couple of years of radicalism, I opened up my mind to different underground cultures.

 

FP: How was the street art scene in L’Aquila when you first started painting? Was it more about graffiti back then?

Des X: There wasn’t a scene. As you say, it was all about graffiti.

 

FP: If your hometown’s urban art scene had to be a musical genre, what would it be?
Des X: Probably old school rap, but now with my work and other interventions in the contemporary art field, I think the genre would be changing towards something like progressive or fusion.

 

FP: Back in 2011, what motivated you to start a artistic career on the side of your architect career?
Des X: Drawing is something I started a at very young age and I’ve occasionally produced artworks along the years. In 2011, I increased my art production. Living through the 2009 earthquake and moving to Rome — a culturally stimulating environment — in 2011 were the key points in transforming a natural inclination to a way of life. However, if those were certainly the key points to getting me to paint on the street, my involvement in the underground scene movement and the friendship I’ve developped with some graffiti artists have also played an important role.

 

FP: Why choose to express yourself through a mix of elements from abstract expressionism and realism? How did you develop that particular style?
Des X: I didn’t choose my style. What it comes out as, it’s the way I look at the world and its complexity. My artistic research origins from a strange kind of dissatisfaction regarding contemporary and modern art. In fact, I love the intellectual efforts, but I’m very often bored by the results — the same goes for the graffiti art scene. For those reasons, my style is balanced between an inner necessity to express myself in a rough way and the will to tell a story.

 

FP: What vision did you have as an artist when you started painting and how has it changed since?
Des X: When I started doing urban art, my vision was focused on the recovery of my alternative cultural heritage. Now at recent urban art more deeply. I think we are planting a seed to change the perception of our cities and the buildings we are living in. During my studies in architecture, I was taught — like thousands of other architects —  to consider the decorations as a crime. This was according to Adolf Loos. However, after a personal tormented intellectual period, I rejected this position. All I saw was an instrument of the industrial age built to uniform and control masses. This enlightened me on the role of street art, urban art and muralism in western societies.

 

FP: Generally speaking in Italy, to what extent is street art and graffiti accepted by authorities and public?
Des X: Street art is now well accepted, but the situation is different between big cities and small towns. People’s firsts thoughts are that street art is graffiti and graffiti is vandalism, but after an initial shock, the population generally loves the murals. The situation about graffiti (bombing and tags) is different though, as they are condemned as vandalism.

 

FP: What could you risk if police arrested you for “vandalizing buildings and properties”? Jail time, fines, community work?
Des X: You know, Italy is a lazy place. It depends on the officer’s will, on his judgment about your work and on the place involved. In theory though, if you paint a wall, you risk jail for vandalism and if you paste up a poster, you risk a fine.

 

FP: Where do you personally draw the line between art and vandalism?
Des X: I think it’s about the intentions and the way your action works with the surroundings.

 

FP: What does being a street artist mean to you?
Des X: It means having the opportunity to leave a message, travel and confront different people. It is also the achievement of some kind of self-controlled freedom; playing with what’s socially accepted and what’s not.

 

FP: How do you feel about your status in the muralism scene?
Des X: I consider myself as an emerging artist, but things around me are changing and wall painting opportunities are increasing. If I look back at myself a few years ago when I was just a loneliness guy with two spray cans in hands, I think I’m walking through my journey the right way.

 

FP: Last year, you organized the Re_Acto Fest, an urban art and street culture festival in L’Aquila. Was it the first time you organized something of this scale? How did you find the experience?
Des X: Yes, it was the first time and I had to solve a lot of problems. First of all, I had to face the false belief that a group of terrible vandals was putting under siege the town… This caused serious damage on the fundraising and other things, but after the first artwork  was shown, the public’s mood radically changed and the festival could run the way it was supposed to. The experience was very good while also being emotionally intense. Overall, working with great artists in my wounded town and having a strong collective behind the project has generated unexpected results.

 

FP: Graffiti and street art have forever been tainted with political undertones and cultural issues. Do you have any thoughts about the direction street art culture has taken over the past years?
Des X: There is currently a strong debate on the nature of street art. Some think that the recognition of street art in the global system of art — with legal spots and public funding — would mark the end of a movement, but I think some might refer to muralism in particular. As long as someone finds a creative and free way to say something in a public space, street art will not die. We are all staring at giant commissioned works today, sure, but there is still a flame. We have just to set our sight on a smaller scale to find it.

 

FP: What are your plans for the next upcoming months?
Des X: To paint!!!

 

© All photos courtesy Des X.

Des X | FB | IGWebsite

Des X is an Italian architect and artist born in L’Aquila in 1976. Living and working in Rome, he expresses himself mainly through oil painting and muralism. In 2011, he decided to start an artistic career besides his architectural practice, and to this day, still considers himself as an emergent artist. His style plays with abstract-expressionism and realism. Most of the walls he has painted can be found in Italy (Rome, L’Aquila, Modena) and in the United Kingdom (Bristol, Blackpool). Des X is also the creative mind behind the 2014 Re_Acto Fest — an urban art and street culture festival which took place in his hometown hit by an earthquake 5 years prior.

Expo |Carolina Espinosa

La Patrie, cet espace que l’on n’occupe plus, mais dont les fenêtres sont toujours marquées du passage d’Under Pressure. Si vous passez devant, El talento, la Musa, la Inspiracion et la Pasion, prenez le temps d’admirer le travail de l’artiste Carolina Espinosa. La Fresh Paint s’est entretenue avec elle afin de comprendre le travail derrière ses wheat-pastes incroyables. Tout d’abord, il faut savoir que ce n’était pas la première collaboration de Carolina à Fresh Paint

Fresh Paint  : Te rappelles-tu de ta première participation avec Under Pressure ?

Carolina Espinosa: Oui, je me rappelle que je travaillais sur une série personnelle basée sur les signes astrologiques. J’ai posté quelques créations sur mon site web et les gens de Fresh Paint les ont vues. Ils m’ont proposé de faire une salle complète dans la galerie à La Patrie. J’étais super honorée de leur offre, mais ce fut beaucoup de travail, car je n’avais que cinq signes sur douze de fait ! Pour cette exposition-là, j’ai fait du wheat-paste pour la première fois.

FP  : Comment l’art s’est manifesté en toi ?

CE : J’aime dessiner depuis toujours. Dès que j’ai un crayon dans les mains, il est certain qu’un dessin se manifestera et faute de papier, cela sera sur mon bras. J’étais destinée à des études en arts et c’est ainsi que j’ai fait un Bac en Design graphique à l’UQAM. Là, j’ai fait des cours avec des illustrateurs inspirants, tel que Pol Turgeon. Leurs impacts ont été immenses. Ils m’ont donné une passion pour l’illustration qui ne m’a pas encore lâchée et est toujours vive.

FP  : Quelles sont tes techniques préférées?

CE : J’aime toutes les techniques. À vrai dire, j’aime un peu trop toutes les techniques. C’est pour cela que je m’impose le collage. Avec la restriction de collage à partir d’anciennes gravures, j’arrive à rester focaliser sur mon sujet au lieu de m’éparpiller avec toutes les autres belles techniques. Même lorsque je dessine à la main, j’utilise une feuille avec des yeux, nez, et bouches de gravures victoriennes dans mon cahier d’esquisse et je mélange les deux éléments. J’aime beaucoup travailler à la main et les beaux accidents que cela peut occasionner. Mais pour les gros projets, cela devient plus difficile. L’ordinateur permet d’aller plus vite et d’être plus précis. Côté démarche, tout part d’une idée et de beaucoup de recherche. J’aime travailler le concept de mon œuvre et pour cela j’ai besoin de bien connaître mon sujet. Vu le médium du collage, je dois également faire beaucoup de recherche d’images. En m’imposant le collage, je me restreins à un style et j’y ai vraiment trouvé ma touche à moi.

FP  : La Patrie a la chance d’accueillir quatre personnages charismatiques de ta création, ce sont des wheat-pastes représentant le talent, la muse, la passion et l’inspiration. Quelle est l’histoire derrière ces personnages ?

CE  : Pour Under Pressure, je voulais faire quelque chose qui face référence à un festival. C’est une grosse fête après tout ! J’ai fait un peu de recherche sur les grandes festivités à travers le monde et je suis tombée sous le charme de l’esthétique du Dia de los Muertos. L’association des squelettes, des fleurs et des personnages féminins étaient une source de grande inspiration. Comme il y avait 4 fenêtres, je voulais faire 4 personnages. Je me suis imaginée que les artistes de l’au-delà venaient aider les artistes du festival. C’est pour cela que l’on voit en bordure une main de squelette qui passe la canette de peinture en aérosol à la main vivante, un clin d’œil à La Création d’Adam de Michel-Ange. Les quatre personnages représentent des facettes de la création artistique. L’artiste a besoin d’inspiration, de talent et de passion. Je me devais également d’ajouter une muse dans le tout, car dans la tradition mexicaine on retrouve toujours cette dame squelette. Dans le cas des oiseaux, ils représentent les idées qui sont communiquées de l’au-delà jusqu’aux artistes du monde réel.

FP: Tu attribues souvent des traits humains aux animaux dans tes œuvres, cette fois-ci tu l’adaptes aux animaux. Qu’est-ce que ça signifie?
CE: Je trouve qu’en art, les yeux sont la partie la plus importante de l’œuvre. Ils donnent toute l’émotion et le style au visuel. Dans mon cas, les yeux humains me permettent de donner des émotions humaines à des choses qui n’en ont pas.

Enfin, Carolina Espinosa a deux jeunes enfants, auprès desquels elle s’était inspirée pour faire une série Alpha-bêtes avec les lettres de l’alphabet. Elle travaille présentement sur un livre pour enfant avec ses deux amours en tête. Énormément inspirée et extrêmement appliquée, Carolina Espinosa a su produire une œuvre d’une douce beauté pour l’imagination et un pur plaisir pour les yeux.

Facebook

 

Expo | Monk.E

Si UnderPressure 2015 (le plus ancien festival célébrant la culture hiphop et la culture urbaine, vivant pour le développement d’une communauté impliquée dans le rayonnement de l’art de rue) aura été un franc succès, c’est particulièrement grâce à une organisation incroyable du staff mais également grâce aux artistes engagé.es. L’un de ces artistes à découvrir si ce n’est pas déjà fait, est le très talentueux Monk.E. De Drummondville, ce défenseur de la culture hiphop de Montréal aura su se distinguer par son art à travers les années. Monk.E est un artiste qui découvre le graffiti à 14 ans et qui descendra à Montréal afin de vivre les premières éditions du Underpressure. Alors un festival incontournable de l’élite de la culture hiphop, Monk.E tombe en amour avec Montréal et ce riche milieu. Sa première participation en tant qu’artiste aura lieu quelques années plus tard et perdure depuis. Que ce soit dans la musique ou dans le graff, Monk.E est une personne politisée, optimiste en art, il reste tout de même réaliste et conscient dans la vie. Pour sa participation au 20 ans d’UnderPressure, il occupera pour la première fois un mur au FreshPaint (221 st-catherine) en effectuant un wildstyle, rendant hommage aux roots du graffiti. Il participe également à la murale du K6A en l’honneur de Sterling, co-fondateur du festival Under Pressure.

Avec plus de 1000 murales à son actif, que peut-il rester d’excitant pour Monk.E? D’un coté pratique, ce serait le fait de peindre avec plus de capacité, d’augmenter en grosseur, le fait d’avoir plus d’outils, etc. D’une perspective plus humaine, ce qui reste le plus exaltant est le fait de partager son art dans des communautés plus défavorisées, le fait de partager l’amour du hiphop, d’échanger avec les gens différents et de découvrir de nouveaux endroits où le hiphop est vibrant. Pour toutes ces raisons, il sait être l’alchimiograffeur que l’on connaît aujourd’hui (L’alchimiograffeur étant celui qui transforme les murs délabrés en oeuvres d’art comme l’alchimiste transforme le plomb en or).

Comment parler de Monk.E sans parler des multiples images dans ses murales? Le graffiti aura le visuel que la musique ne lui procurera pas et inversement, la musique aura les sons et les mots que le graff ne pourra lui offrir. Dans les deux cas, Monk.E jouera avec les images, les mots créant ces images et les images créant une poésie. Son art se comprend avec des icônes, relevant de sa propre encyclopédie de signification, mélangeant des pyramides, des lunes, des saisons, des horizons, des couleurs, des visages, le tout formant des symboles qu’il met en relation ou en contraste. Dans l’une de ces murales, l’on y voit un désert, des pyramides, un oasis et un visage. Cette murale établit le contraste entre l’oasis et le désert, donc entre le manque et le besoin. C’est la création d’un parallèle coexistant, et l’humain avec sa créativité et son imaginaire, crée le pont entre ces deux mondes. Aux yeux de Monk.E, l’art est thérapeutique, l’art transforme, l’art permet de communiquer, l’art est une cure et une bénédiction. Il est fier d’être un survivant artistique, pouvant communiquer un témoignage honnête de ses introspections. Pour lui l’art pousse à la passion, aux rêves, aux désirs et à l’imaginaire. Le graffiti permet de faire beaucoup avec peu de moyen et c’est en ce sens que l’art de Monk.E est unique. Ses oeuvres portent à réflexion, il faut donc se permettre un temps à la contemplation et laisser son imagination vagabonder. 

What’s UP MTL | 15 au 30 juin 2015

Mardi, 16  juin 2015

16_PourlamourdeLartetdesArtistes

POUR L’AMOUR DE L’ART… ET DES ARTISTES | 21H

Le mardi 16 juin dès 21h le magazine Vie des Arts et MASSIVart ouvrent grand les portes de l’Arsenal Montréal pour une soirée gratuite et festive au programme éclaté:

– Ambiance musicale assurée par Dj Lexis de Music Is My Sanctuary
– Exposition des créations de l’artiste Nicolas Baier
– Tirage au sort pour remporter deux oeuvres uniques

Un rendez-vous au coeur d’un lieu iconique dans une atmosphère entrainante!
Entrée: gratuite
Artistes invités: Joëlle Morosoli et Mirabelle Ricard.

Lieu: Arsenal | 2020, rue William, Montréal

Plus d’informations

 

Mercredi, 17  juin 2015

17_LancementMultipleDeFanzines

LANCEMENT MULTIPLE DE FANZINES | 18H

Voila un nouveau lancement multiple de Fanzines. On pourra y croiser l’inénarrable Kurt Beaulieu, La Logique du calendrier pour son numéro 5,We_Are_Noriko apportera sa touche girly décalée. Il y aura de la magie avec Jacinthe Chevalier et François Donatien
Et puis les mini-fanzines de Xavier Cadieux, et du duo Alexandre Fontaine Rousseau et François Samson Dunlop.

Cette liste peut évoluer, si vous avez un fanzine à lancer contactez nous, on aime ça!

Lieu: La Quincaillerie | 980, rue Rachel Est, Montréal

Plus d’informations

 

17_TheLNights

THE ‘L’ NIGHTS | 18H

“Ladies & lesbians taking over La Flèche for a very special night.”
Le bar La Flèche qui possède la plus grosse terrasse du plateau et le meilleur système de son en ville vous invite à la deuxième édition de The “L” Nights une autre soirée pour femmes à ne pas manquer!

Nos drinks aux noms des personnages de The L Word seront encore à l’honneur et pour celles qui n’ont pas participé à notre concours vous invitant à inventer le Jenny, nous ferons bientôt une publication où vous pourrez le faire!

Lieu: La Flèche | 1562, avenue du Mont-Royal Est, Montréal

Plus d’informations

 

Jeudi, 18  juin 2015

18_LancementCollectionLeCahier

LANCEMENT DE LA COLLECTION DE VÊTEMENTS LE CAHIER | 17H

Un 5@7 avec Le Cahier, pour le lancement de notre toute première collection de vêtements Le Cahier! En plus, c’est une super occasion de rencontrer Camille Dg, Virginie et toute la gang du blogue. Pour en savoir plus, cliquez ici: http://lecahier.com/le-secret-est-maintenant-devoile/

Réserve ta place ici (c’est gratuit!): http://bit.ly/BilletsLeCahier

AU MENU:
– Un espace-boutique pour voir et acheter nos vêtements
– Un défilé pour mieux voir notre collection, avec des mannequins de B Models Management
– Une station mise en plis avec Panache
– Une station retouches beauté avec L’Oréal Paris
– Un concours pour gagner un ensemble de produits de beauté Personnelle d’une valeur de 100$ offert par Jean Coutu
– Une dégustation de thés avec hestia

Lieu: Hôtel le Crystal | 1100, de la Montagne, Montréal

Plus d’informations

 

18_VernissageLievenDeBoeck_HajraWaheed

VERNISSAGE LIEVEN DE BOECK / HAJRA WAHEED | 17H

L’équipe de la Fonderie Darling a le plaisir de vous inviter au vernissage de ses nouvelles expositions : Let Us Be Us, Again and Again, and Always de l’artiste belge LIEVEN DE BOECK et Asylum In the Sea de l’artiste montréalaise HAJRA WAHEED, tous deux présents pour l’occasion.

À l’occasion de l’inauguration de la Place publique, FOLIE/CULTURE présentera à partir de 18h une série de courtes interventions sur la thématique de la normalité ostentatoire.

Les artistes de la Fonderie Darling, dont Livia Johann (résidence Suisse) et Fernando Garcia (Résidence internationale), ouvriront les portes de leur atelier.

Entrée libre

Lieu: Fonderie Darling | 745, rue Ottawa, Montréal

Plus d’informations

 

18_EMerge

VERNISSAGE E-MERGE | 18H

L’Arsenal Montréal présente une adaptation de E-Merge, une exposition immersive créée par C2 Montréal dans le cadre de sa 4e édition. Avec une sélection d’œuvres locales et internationales, les artistes de E-Merge posent un regard humaniste sur les avancées technologiques modernes : aux limites de l’art et de la science.

Artistes présents : Rafael Lozano-Hemmer, Takeshi Murata, David > Spriggs, Frères Gao, Michel de Broin, Guillaume Cardell, Serge Belo, Sid Lee NY, C:Lab

Vernissage ouvert à tous.
Exposition : du 19 juin au 13 septembre 2015

Lieu: Arsenal Montréal | 2020, rue William, Montréal

Plus d’informations

 

18_OuSontLesFemmes

OÙ SONT LES FEMMES – JUIN | 18H

Un 6 à 8, version LSTW (lisez ici 18h00 à minuit) avec DJ MARY HELL aux platines! Vous pouvez passer à toute heure de la soirée!

6$ à la porte incluant une consommation. Spécial sur la pinte de bière à 5$.

Lieu: La Porte Rouge | 1834, avenue Mont-Royal Est, Montréal

Plus d’informations

 

Vendredi, 19  juin 2015

19_BattleOserDanser2edition

BATTLE OSER DANSER – 2E ÉDITION | 17H

OSER Danser est une compétition de danse urbaine qui met en valeur le Hiphop tout en amassant des fonds pour permettre aux enfants orphelins du Cap-Haïtien de combler leurs besoins primaires et d’accéder à leurs rêves.

QUOI?
Battle All-styles 3 vs 3
*After Party*

PRIX À GAGNER?
150$ #1
100$ #2
50$ #3

PRIX D’ENTRÉE?
12$ Spectateur
10$ Participant Battle

Lieu: Collège LaSalle | 2000, rue Sainte-Catherine Ouest, Montréal

Plus d’informations

 

19_OuvertureDuMarcheDesPossibles

OUVERTURE DU MARCHÉ DES POSSIBLES | 17H

POP Montréal est on ne peut plus emballé de donner le coup d’envoi de la deuxième saison du Marché des Possibles le 19 juin prochain. Le party commencera dès 17 h avec la musique de Country, de DJ HVAD, de groupe Dead Man Get Up, du pianiste virtuose Henri-Pierre Noël, et d’un invité surprise. Le week-end d’ouverture rassemblera également 40 artistes et artisans, la première édition de notre barbecue gourmand et bien plus encore! Le Marché des Possibles sera ouvert tous les week-ends jusqu’au 9 août. Gardez l’œil ouvert pour la programmation complète, à paraître le 19 juin.

Gratuit et ouvert à tous.

Lieu: Marché des Possibles | 5635 rue St-Dominique, Montréal

Plus d’informations

Samedi, 20  juin 2015

20_EndlessLove

ENDLESS LOVE | Jusqu’au 21 juin 2015

Événement d’une durée de 24 heures. Doté d’un screening de 4 heures de ‘Love Sounds’ par l’artiste New Yorkaise Masha Tupitsyn.

Endless Love : Une performance 12 heures / installation sonore conçue par Karine Denault, Dana Gingras et Anna Friz.

Performances musicales de Beaver Sheppard, Clown Tragique, Jean- Sébastien Truchy.

The Paradise: Trois heures de marathon de danse karaoké.

Alex Hercule construit une fontaine de flux continuel et des films seront projetés en plein air pendant la soirée.

Lieu: Montréal

Plus d’informations

 

20_LaClassiqueRollin

LA CLASSIQUE ROLLIN | 12H

La Classique Rollin est de retour cette année. Nous vous attendons en grand nombre le samedi 20 juin dès midi pour les catégories A&B et nous poursuivrons à 16H00 avec les 2 best tricks pour pros. De la bonne musique, un animateur déchaîné et un BBQ gratuit vous attendent. Plus de 1500$ en prix!!!!

Lieu: Skatepark Préfontaine | Montréal

Plus d’informations

 

20_FreshPaintMarket06

FRESH PAINT MARKET 06 | 13H

Le 20 Juin prochain l’espace Fresh Paint organise son sixième marché artisanal mensuel à la galerie le temps d’un après-midi. Cet événement rassemble une communauté hétéroclite de créateurs locaux autour de leurs productions : Street Wear, Goodies, Art, Prints & Sérigraphie, Bijoux, Micro Édition et bien d’autre encore.

C’est l’occasion pour un public de tout âge de découvrir des initiatives locales, supporter la scène Montréalaise à travers l’acquisition de produits mais également de pouvoir réaliser des deals uniques à cet événement. Outre la vente de produits développés par des initiatives locales, ce marché a pour ambition d’être un espace de rencontre et d’échange entre la communauté de créateurs et notre public. C’est dans une atmosphère chaleureuse et propice à l’échange que l’on vous attend pour venir passer un bon moment avec nous !

Près de 15 créateurs locaux seront invités tous les mois à vous proposer une grande variété de produits créés avec amour !

Lieu: Fresh Paint Gallery | 221 & 256 rue Sainte-Catherine Est, Montréal

Plus d’informations

 

Dimanche, 21  juin 2015

21_MontrealStreetDanceOpenForum

MONTREAL STREET DANCE OPEN FORUM | 18H

Dans cette édition du Montreal Street Dance Open Forum nous discuterons, comme à l’habitude de certains projets et idées que nous avons travaillés  à MTL Bboying et MTL Styles pour faire avancer les choses dans la communauté en terme d’accessibilité et opportunités.

Lieu: YMCA Peel | 1440, rue Stanley, Montréal

Plus d’informations

 

21_REFRESH_UEZSpectacleDeDanseUrbaine

RE:FRESH – UEZ SPECTACLE DE DANSE URBAINE | 19H

UEZ – Urban-Element Zone prèsente: RE:FRESH – SPECTACLE DE DANSE URBAINE

HIP-HOP – VIDEOSTYLE – DANCEHALL – POPPING – KRUMP – WAACKING – HOUSE – B-BOYING et plus…

Troupes UEZ: VORTEXX, URBANDITS, URBAN CHAOS, RUCKUS, ELIXIR, MEGACREW

Billets: Admission Générale: $15 / V.I.P. Sièges Assignés: $17

Lieu: Salle Sylvain-Lelièvre | 3800, rue Sherbrooke Est, Montréal

Plus d’informations

 

Mardi, 23  juin 2015

23_VilleraySpectacleExterieur

LE 23 JUIN DANS VILLERAY – SPECTACLE EXTÉRIEUR | 18H

Dès 18h00, cet événement de grande envergure prendra place en plein cœur du quartier Villeray à Montréal.

Repoussant la barrière linguistique, 7 artistes d’ici se partageront tour à tour la scène et vous en feront voir de toutes les couleurs! On peut, hors de tout doute, s’attendre à une soirée riche en émotion, dansante et festive!

Lieu: Rue de Castelnau, Montréal

Plus d’informations

 

Vendredi, 26  juin 2015

26_Inaugurrationgaleriedartdansnoslocaux

INAUGURATION D’UNE GALERIE D’ART DANS NOS LOCAUX | 13H

C’est la toute première exposition pour l’inauguration d’une galerie d’art dans nos locaux du château Saint Ambroise. Les œuvres de Kristofer, Stefany, Jérémie et Caroline seront exposées.

Cocktails, tapas, musique et tout plein de surprises sont au rendez-vous. Ce moment convivial sera également l’occasion de vous présenter nos derniers projets! En espérant vous voir nombreux à notre événement. Artistiquement vôtre!

Lieu: Galerie Gravel | 4030 St-Ambroise, Suite 361, Montréal

Plus d’informations

 

26_OuvertureVillageAuPiedDuCourant

OUVERTURE VILLAGE AU-PIED-DU-COURANT | 17H

Au terme d’un long processus, nous sommes très heureux de finalement pouvoir annoncer que le Village reviendra au Pied-du-Courant cet été !

Nous avons donc le grand plaisir de vous convier à la soirée d’ouverture le vendredi 26 juin prochain. Et nous lancerons sous peu différents appels à participation, notamment pour les designers, la programmation artistique et les marchés d’artisans, afin de faire de ce site un réel reflet de la créativité locale.

Le Village au Pied-du-Courant sera ouvert du jeudi au dimanche du 26 juin à la mi-septembre. Entrée libre et gratuite tout l’été !

Lieu: Village Éphémère | 2100, rue Notre-Dame Est, Montréal

Plus d’informations

Samedi, 27  juin 2015

27_NeufIsEnough

NEUF IS ENOUGH | 20H

Exposition de neuf artistes dans la boutique Le Sino.

Lieu: Le Sino | 2817 rue Ontario Est, Montréal

Plus d’informations

 

Lundi, 29  juin 2015

29_UEZDansEte2015

UEZ – DANSÉTÉ 2015 CLASSES OUVERTES DE DANSE URBAINE | Jusqu’au 30 juillet 2015

8 Classes Ouvertes par semaine avec 6 des instructeurs les plus spécialisés dans leur domaine au Canada.

**DÉBUTANTS et DANSEURS des DIFFÉRENTS STYLES SONT LES BIENVENUES!!!**
Classes tous niveaux, tous âges!!

8 CLASSES OUVERTES PAR SEMAINE | 6 PROFESSEURS SPÉCIALISÉS

Lieu: Urban-Element Zone | 7347 rue Saint-Hubert, Montréal

Plus d’informations

 

Mardi, 30  juin 2015

30_BacktothefutureProjectionExterieure

RETOUR VERS LE FUTUR (1985) – PROJECTION EXTÉRIEURE | 21H

Pour célébrer le 30e anniversaire du film culte Back to the future (1985), SPASM ressort la version française le temps d’une projection gratuite à la belle étoile!

Même si on l’a vu d’innombrable fois, on ne se tanne jamais d’entendre : « Tu veux ma photo, banane? ». Cette projection de Retour vers le futur mettra également la table pour la soirée d’ouverture de la 14e édition du Festival SPASM où la suite, Retour vers le futur 2, sera présentée un certain 21 octobre 2015. Et oui, il s’agira bien de la fameuse date où Marty McFly voyage dans le « futur »…

Lieu: Place de la Paix | Montréal

Plus d’informations

What’s UP MTL | 20 avril au 3 mai 2015

Lundi, 20 avril 2015

FestivalHowlArts2015

FESTIVAL HOWL ARTS 2015 | Jusqu’au 26 avril 2015

Le Festival Howl Arts 2015 présente une célébration de l’art et de révolution, mettant en place divers événements du genre films, concerts, conférences, expositions, radio, vente de style pop up.

Lieu: Divers 

Plus d’informations & Liens vers multiples événements

 

Mercredi, 22 avril 2015

HoldingSpace

HOLDING SPACE VERNISSAGE | 18H

L’association étudiante Fibres présente une exposition de premier cycle mettant en vedette des étudiants travaillant dans et autour des médias de la fibre de partout au Canada. Aura lieu la même soirée la sortie officielle du catalogue de l’exposition.

Exposition du 20 au 25 avril 2015.

Lieu: Espace Fibre | 2665, rue Augustin-Cantin, 2e étage, Montréal

Plus d’informations

OnlinePromotionForIndependent Artists

ONLINE PROMOTION FOR INDEPENDENT ARTISTS | 18H30

Construire une carrière artistique implique le fait de développer et de cultiver une relation continue avec son public, de son industrie et des médias. Cet atelier espère donner le savoir-faire pour faire une auto-promotion facilement, efficacement et avec peu ou pas de frais en utilisant la bonne combinaison d’outils et de plates-formes en ligne. Le tout pour vous aider à maximiser votre visibilité et la puissance de la marque.

Coût du billet: 20,00$

Lieu: YES Montreal | 666, rue Sherbrooke Ouest, 7e étage, Montréal

Plus d’informations

 

Jeudi, 23 avril 2015

ArtContemporainPourTousLaFoire

ART CONTEMPORAIN POUR TOUS – LA FOIRE | Jusqu’au 26 avril 2015

Toute nouvelle foire qui célèbre la diversité en art contemporain en exposant le travail de peintres, sculpteurs, graveurs, photographes, verriers, graffiteurs et autres formes d’expression. Entrée libre.

Jeudi 23 avril : 14h à 21h
Vendredi 24 avril 12h à 21h
Samedi 25 avril : 11h à 19h
Dimanche 26 avril : 11h à 17h

Lieu: Galerie d’art Yves Laroche | 6355, boulevard St-Laurent, Montréal

Plus d’informations

 

SansPapiersLartSituationIrreguliere

SANS-PAPIERS: L’ART EN SITUATION IRRÉGULIÈRE | Jusqu’au 26 avril 2015

Exposition extérieure d’œuvres sur papier. Du 23 au 26 avril, la galerie présentera SANS-PAPIERS, une exposition en plein air d’œuvres sur papier sous la terrasse couverte du 160 rue St-Viateur Est. Les visiteurs pourront apprécier une centaine de créations inédites, et profiter de l’occasion pour rencontrer les 11 artistes sur place. Pour le néophyte curieux comme pour le collectionneur chevronné, l’art sur papier est à la fois séduisant, varié et très accessible.

Lieu: Espace 40 Mile-End | 160, rue Saint-Viateur Est, Montréal

Plus d’informations

 

CKUTGarageSale

CKUT GARAGE SALE | 12H

Le grand nettoyage de printemps est fait et il y a une tonne de choses que CKUT mettra en vente (CD, DVD, disques et beaucoup d’autres Odds & Ends). En face de CKUT de 12H à 16H.

Si la météo ne coopère pas, l’événement sera remis au mardi 28 avril.

Lieu: CKUT FM | 3647, rue University, Montréal

Plus d’informations

 

LaNuitVerte2015

LA NUIT VERTE 2015 : MUSIC & ART EXPO | 15H

Le Comité de l’environnement RWA sera hôte d’une exposition art et la musique afin de sensibiliser et d’attirer l’attention vers des questions environnementales, à savoir la conservation et le maintien de l’appauvrissement de notre planète et de ses ressources précieuses. La musique sera jouée par des artistes invités et les œuvres des élèves seront exposées.

Lieu: Royal West Academy | 189, Avenue Easton, Montréal-Ouest 

Plus d’informations

 

VernissageB21ProjetArtSocial

VERNISSAGE B21: PROJET D’ART SOCIAL EN ITINÉRANCE | 17H

Vernissage de l’exposition présentant les réalisations des personnes itinérantes 2014. B21, organisme de référence en art social à Montréal, convie journalistes et citoyens au vernissage du projet In and Out à Montréal, qui aura lieu le jeudi 23 avril 2015 à 17h00 à la Mission St-Michael’s.
En présence de dignitaires de la Ville de Montréal, des partenaires du projet (Fonds des employés de Bombardier et la Société de développement sociale de Ville-Marie) et des artistes et participants, ce vernissage met en lumière les réalisations artistiques de personnes en situation d’itinérance conçues dans la première année du projet.

Lieu: St-Michael’s Mission | 137, rue President Kennedy, Montréal

Plus d’informations

 

VernissagePassageADecouvert

VERNISSAGE PASSAGE À DÉCOUVERT | 17H30

Découvrez le travail des artistes de la relève dans l’exposition Passage à découvert. Cet événement présentera les œuvres des finissants du baccalauréat en arts visuels et médiatiques de l’UQAM et sera l’occasion idéale pour découvrir les artistes émergents qui forment la relève artistique et pédagogique du milieu des arts québécois.

Organisée en collaboration avec l’École des arts visuels et médiatiques de l’UQAM (ÉAVM), Passage à découvert 2015 démontre la vivacité créatrice, la curiosité et la liberté des étudiants. L’exposition témoigne, une fois de plus, du professionnalisme des nouveaux diplômés, en plus de faire valoir la richesse et la diversité des programmes offerts par l’École des arts visuels et médiatiques, laquelle privilégie une formation pluridisciplinaire.

Lieu: Galerie de l’UQAM – Pavillon Judith-Jasmin | 1400, rue Berri, local J-R120, Montréal

Plus d’informations

 

ExhibitionVernissageRebelYellsIndigenousArt

EXHIBITION VERNISSAGE, PERFORMANCE & ROUND TABLE : THE REBEL YELLS | 18H

L’exposition Le cri rebelle : tenue vestimentaire et redressement politique dans l’art autochtone actuel retrace l’influence de l’œuvre de Shelley Niro, The Rebel (1987), sur les générations subséquentes d’artistes. Pour rendre hommage à cette artiste, l’exposition réunit des œuvres produites par onze artistes de partout au Canada, pour ainsi lancer une discussion, dans une perspective nouvelle et dynamique, sur la tenue vestimentaire, la représentation, l’autodéfinition et les questions politiques qui leur sont inhérentes.

Artistes : Shelley Niro, Sonny Assu, Lori Blondeau, Dana Claxton, Dayna Danger, Rosalie Favell, David Garneau, Terrance Houle, Meryl McMaster, Mike Patten, Skawennati

Commissaires : Lori Beavis & Rhonda L. Meier

Table ronde (15h à 17h)
“Intergenerational Photography:
Community, Representation, and Rebellion”
Panel : Shelley Niro, Skawennati, Dayna Danger

Vernissage & Performance  de Lori Blondeau

Lieu: FOFA Gallery – Concordia | 1515, rue Ste-Catherine Ouest, EV 1-715, Montréal 

Plus d’informations

 

LesRelationsArtAffaires

LES RELATIONS ART-AFFAIRES | 18H

Le comité Gestion et Culture du Réseau HEC Montréal et BAAM – Brigade Arts Affaires de Montréal vous invitent à rencontrer des jeunes du milieu des affaires qui s’impliquent auprès d’organismes culturels.

Les conférenciers :
1er duo : Éve-Lyne Biron HEC 96, administratrice de sociétés, bénévole d’affaires, Orchestre symphonique de Longueuil et Gilles Choquet HEC 79, directeur général, Orchestre symphonique de Longueuil et de sa Fondation

2e duo : Christine Boivin, directrice, Marketing et Communications, Cohn & Wolfe, membre du conseil d’administration de la Fondation du Musée d’art contemporain de Montréal, co-présidente du Cercle des Printemps duMusée d’art contemporain de Montréal et Danièle Patenaude HEC 04, coordonnatrice, Fondation du Musée d’art contemporain de Montréal.

3e intervenant : Maxime Codère HEC 05, directeur principal chez KPMG-SECOR, co-fondateur des Jeunes mécènes pour les arts

Lieu: Arsenal Montréal | 2020, rue William, Montréal

Plus d’informations

 

OuSontLesFemmes

OÙ SONT LES FEMMES – ÉDITION AVRIL | 18H

Tous les mois, la soirée « Où sont les femmes?» est là pour les femmes de la communauté! Un 6 à 8, version LSTW avec DJ MARY HELL aux platines!

Entrée payante: 6$ à la porte incluant une consommation. Spécial sur la pinte de bière à 5$.

Lieu: La Porte Rouge | 1834, rue Mont-Royal Est, Montréal

Plus d’informations

 

LancementSexeAmourPouvoir

LANCEMENT / SEXE, AMOUR ET POUVOIR: IL ÉTAIT UNE FOIS… À L’UNIVERSITÉ | 18H

Les Éditions du remue-ménage sont heureuses de vous inviter au 6@8 de lancement du collectif dirigé par Martine Delvaux, Valérie Lebrun et Laurence Pelletier, SEXE, AMOUR ET POUVOIR: IL ÉTAIT UNE FOIS… À L’UNIVERSITÉ.

Étudiantes et professeures se penchent ici sur une histoire aussi ancienne que taboue: la relation entre désir et pédagogie. Quel est le rapport entre professeur.e.s et étudiantes, et qu’arrive-t-il lorsque la séduction s’en mêle? Quelles histoires cette relation raconte-t-elle, pervertit-elle ou permet-elle d’inventer? Ce livre ne prétend pas trancher la question du sexe, de l’amour et du pouvoir au sein des universités. Il en montre plutôt la complexité, tout en convoquant la communauté universitaire à une résistance féministe solidaire.

En librairie le 8 avril 2015
978-2-89091-525-1 • 13 x 19 cm • 148 pages • 15,95 $
Également disponible en ePub et PDF

Informations
t. 514 876-0097 *1903
amlaurin@editions-rm.ca

Lieu: Libraire Raffin | 6330, rue Saint-Hubert, Montréal

Plus d’informations

 

BBAMVernissagePsychetheliaArt

BBAM! VERNISSAGE: PSYCHETHELIA ART | 19H

Psychethelia (Teo Robinson) est une artiste interdisciplinaire originaire de Londres, en Angleterre. Psychethelia Art tombe sous le genre “Manic-expressionnisme.” Le manic-expressionnisme est une perspective post-moderniste néo-expressionnisme avec un mélange de l’Art Brut, COBRA et avec des éléments de la partie la plus sombre de l’Art Visionnaire. Sa pratique de travail est interdisciplinaire et elle tente de recréer le côté sombre du monde hallucinatoire.

Thèmes présentés: l’existentialisme, le nihilisme, critiquant la culture d’intoxication, les périls et la douleur de la dépendance, l’hypocrisie de l’industrie pharmaceutique, la brutalité policière, vice contre la vertu, le chaos et la cacophonie, la désintégration, la détérioration et de délabrement de l’esprit, de la paranoïa , la corruption, l’obsession, monstres, la modulation, l’imagerie du cerveau, perturbé visages, la fragmentation, la maladie et le désordre et la psychose et la névrose.

Lieu: BBAM! Gallery | 3255, rue St Jacques, Montréal

Plus d’informations

 

ArtAttack09

ART ATTACK #09 | 19H

Art Attack est un événement organisé à la galerie Fresh Paint qui a lieu tous les trois mois pour célébrer l’achèvement de chaque nouvelle exposition. Le public est invité à découvrir le nouveau décor dans une ambiance festive où bière et DJs sont au rendez-vous. Pour l’occasion, des artistes faisant partie de l’exposition sont également invités à collaborer à l’événement et à fusionner leurs styles respectifs pour créer une œuvre à l’effigie d’Art Attack. Loin de l’ambiance guindée des vernissages traditionnels, l’expérience Art Attack c’est donc avant tout une expérience de partage entre public et artistes, mais aussi entre les artistes eux mêmes. Fresh Paint nous propose ainsi une façon originale et conviviale de découvrir l’univers des artistes de Montréal et d’ailleurs.

Dans une ambiance intimiste et chaleureuse la galerie Fresh Paint vous invite à venir partager un moment avec les artistes pour une collaboration inédite mettant en vedette les artistes SBUOne, Arthur Navarro et MAG.

Musique par: HighOnBeats.com
Entrée : 5$
Bière : 4$

Lieu: Fresh Paint Gallery| 221, rue Ste-Catherine Est, Montréal

Plus d’informations

 

Vendredi, 24 avril 2015

FoirePapier

FOIRE PAPIER | Jusqu’au 26 avril 2015

Foire d’art contemporain d’œuvres sur papier. Plusieurs tables rondes sont aussi organisées.

«Le papier est une surface qui donne vie à maintes formes d’expression, entre autres artistique, politique, juridique et personnelle. Immortalisés sur du papier, les croquis, les mots d’amour et les adresses à la nation sont plus qu’un va-et-vient continuel de pixels. Ce sont des gestes profondément humains qui sèment de la beauté, tissent des liens et accomplissent quelque chose d’important.»

– M. John D. Williams, Président et chef de la direction chez Domtar, fier présentateur du catalogue de ‪#‎Papier15‬ pour une 2e année consécutive.

Lieu: Foire Papier | 5445, rue de Gaspé, Montréal 

Plus d’informations

 

SoireeReseautageClebard

PROCHAINE SOIRÉE RÉSEAUTAGE MONTRÉAL | 19H

Réseautage Montréal présente sa prochaine soirée réseautage sous forme de 7@9 (entrée gratuite). Réseautage Montréal est l’initiative d’un groupe d’entrepreneurs professionnels qui portent à cœur les échanges avec des personnes ouvrant dans des métiers de tout sorte.

Tous les métiers sont les bienvenus.

Lieu: Clébard | 4557, rue Saint-Denis, Montréal

Plus d’informations

 

PassTheMic_Cypher

HIP HOP HEADS CONU PRESENT: PASS THE MIC + CYPHER + NETWORKING EVENT | 20H

Le micro est au public de 20H à minuit au Kafein pour une session de freestyle accompagné de DJ Puggy aux platines. Entrée gratuite.

Pure Luck X sera présent avec un pop-up shop et pour ceux qui veulent faire la promotion de leur propre événement, il y aura une table spécifiquement désignée pour cela. Un bon moment pour faire des connections ou tout simplement venir apprécier le talent de la relève du Grand Montréal.

Lieu: Kafein | 1429A, rue Bishop, Montréal 

Plus d’informations

 

GenderBlenderOpenMicQueer

GENDER B(L)ENDER ÉDITION 18: OPEN MIC QUEER | 20H30

GENDER B(L)ENDER est un open mic mensuel par des queers, avec des queers et pour des queers! GENDER B(L)ENDER est un espace sécuritaire où tout le monde peut avoir accès à une scène sans en être jugé(e). Tu veux chanter tes exploits sexuels? Danser tes identités? Jouer au piano? Dramatiser ton coming-out? Faire de l’expérimentation artistique? GENDER B(L)ENDER y accueille de tout: du lip-sync, du catwalk, de la poésie, du stand-up, de la musique, de la parodie, du piano, du chant, de la guitare, des poses à nous faire baver, des narrations à nous faire pleurer et bien d’autres choses!

Lieu: Café L’Artère, coopérative de solidarité | 7000, avenue du Parc, Montréal

Plus d’informations

 

Samedi, 25 avril 2015

HowlActivistArtFair

HOWL! ACTIVIST ART FAIR | 11H

Dans le cadre de la fête annuelle de Howl a lieu la deuxième foire d’art activiste en collaboration avec Popolo presse, comprenant des affiches, estampes, zines, musique et autres œuvres créées dans le cadre des luttes pour la justice sociale. Les individus et les groupes présentés ont consacré pratiques de fabrication de l’art activiste, dans le contenu et la forme, non seulement l’art au service de la lutte, mais l’art né des mouvements et des idées radicales pour le changement social.

Lieu: Casa Del Popolo | 4873, Boulevard Saint-Laurent, Montréal 

Plus d’informations

 

BBXMTLBringYourOwnBeats

BBXMTL PRESENTS: BRING YOUR OWN BEATS 7 | 11H

Party gratuit présenté par Beat Box Montreal. “Bring your ears. Bring your friends. Bring your freestyles. We bring the venue. We bring the beats. We bring the great vibe.”

Artistes invités: Rekta, Rithumal, Soundrax, Shayman, Gazzel.

Lieu: Bar le Bièvre | 5018, boulevard Décarie, Montréal

Plus d’informations

 

Dimanche, 26 avril 2015

Studio303CoursGratuits

COURS GRATUITS AU STUDIO 303 | 12H

Le Studio 303 offre une journée complète de cours gratuits, tous enseignés par des artistes professionnels! Inscription gratuite et faite sur place

12 h : DANSE CONTEMPORAINE / Isabel Mohn
13 h : KRUMP / 7Starr
14 h: DANSE & CRÉATION / Louis Guillemette
15 h: THÉÂTRE PHYSIQUE / Pierre Blackburn
16 h: BREAK / Kate Alsterlund

Lieu: Studio 303 | 372, Ste-Catherine Ouest, Montréal 

Plus d’informations

 

MONTREAL STREET DANCE OPEN FORUM | 17H

MontrealStreetDanceForum

Ce forum est conçu pour réunir les danseurs de rue de Montréal et de discuter de questions relatives à leur communauté. Il permet aux membres de la communauté d’avoir une discussion ouverte afin de refléter leurs réalités et préoccupations. Il permet également à l’échange de ressources et de connaissances. C’est une occasion en or de décrire et de partager des idées et concepts pour le changement et la croissance.

Lieu: TBD | Montréal

Plus d’informations

 

Mercredi, 29 avril 2015

BeauxDegats30

BEAUX-DÉGÂTS #30 | 20H

Une communauté hétéroclite de personnes se retrouve autour de la volonté de partager la création dans son sens le plus universel. Artistes, DJ, public, bénévoles, c’est de ce savant mélange que l’évènement Beaux Dégâts est né à Montréal ! Vous choisissez qui gagne! Buvez et déposez votre consommation vide dans la poubelle de votre équipe favorite. Celle qui collecte le plus de bières gagne le droit de saccager le travail des perdants si elle le souhaite. Tout est permis pour gagner !

Lieu: Foufounes Électriques | 87, rue Saint-Catherine Est, Montréal

Plus d’informations

 

Jeudi, 30 avril 2015

LANCEMENT DE TICARTTOC #4 | 17H

LancementTicArtToc4

Le numéro 4 de la revue TicArtToc appelle au rapprochement des deux solitudes! « Made au Québec », c’est le thème rassembleur – et provocateur – de ce nouveau numéro qui explore les zones de contact où les langues française et anglaise cohabitent, où les communautés d’appartenance se construisent au-delà des divisions linguistiques.

Diversité Artistique Montréal (DAM), en collaboration avec ELAN Quebec, vous invite au lancement bilingue de ce nouveau numéro, animé en exclusivité par la compagnie Promito Playback. Entrée libre mais nombre de places limité.

RSVP à: evenement@diversiteartistique.org

Lieu: Théâtre Sainte-Catherine | 264, rue Sainte Catherine Est, Montréal

Plus d’informations

 

Vendredi, 1er mai 2015

CHOCOLATE JUNGLE 90’s JAM : BUST A MOVE X HIP HOP KARAOKE | 22H

ChocolateJungleBustAMove

De retour à la demande générale! 2 Productions Marvelous et Smitty City Entertainment vont dans les vibes du printemps, et cette fois-ci, ils collaborent avec le plus grand BAM festival de danse du Canada (Bust A Move) et Hip Hop Karaoké Montréal!

Venez rejoindre les vibes étonnantes et découvrez le pourquoi du hype présent dans l’air depuis le premier CHOCOLATE JUNGLE en novembre 2013. L’expérience comprend une nuit pleine de musique des années 90. Le voyage musical sera animé par DJ J-KUTZ et DJ Puggy!

Billets 10 $ en avance et 15 $ à la porte.

Lieu: Le Belmont | 483, boulevard St-Laurent, Montréal 

Plus d’informations

 

Dimanche, 3 mai 2015

MONTREAL ETSY TEAM PRÉSENTE: FAIT MAIN | 10H

EtsyFaitMainMontreal

Montréal Etsy Team est un groupe d’individus créatifs situé à Montréal et en périphérique qui ont choisi Etsy comme platforme de vente. Notre équipe priorise le commerce local et le support de nos artisants locaux. Etsy est un site de vente et d’achat de produits fait main, objects vintage et produits de fabrication. La communauté et composée d’entreprises créatives et indépendantes de partout dans le monde.

Plus de 30 artistes locaux seront sur place et vous pourrez prendre part à différentes activités et ateliers créatifs. Nourriture et collations seront disponible sur place par My Stuff traiteur.

Lieu: Le Salla Rossa | 4848, boul. Saint-Laurent, Montréal 

Plus d’informations

Crossing borders 006: Daan Botlek

Crossingborders_artwork_H670px

For some, growing up and living an adult life in the ‘system’ is absolutely fine. However, certain individuals feel constrained by the ‘system’. Without fail, they will question it and live in its margins.

This brings me to one philosophical notion: the concept of happiness. It has been the subject of discussion for a tremendous amount of years and most philosophers agree that it should be defined as one of these two things: a state of mind or a life that goes well for the person leading it. Problem is: happiness is not measurable, profitable nor is it tradable. It’s intangible and like every other intangible things, us humans, seek to define it.

A few theories about happiness are frequently brought up: hedonism — which identifies happiness as the individual’s balance of pleasant over unpleasant experiences—, life satisfaction — which identifies happiness as having a favourable attitude toward one’s life as a whole—, the emotional state view theory — which identifies happiness as an emotional condition as a whole— and the hybrid theory which identifies happiness as both life satisfaction and pleasure or emotional state.

Because this matter can be so thoroughly discussed, this short introduction can only give a quick overview of these theories. However, looking at the concept from a non-philosophical standpoint, people can be happy if they have something to strive for. Others, if their main goal is to fulfill their own expectations, hereby live freely. However, even the happiest people will see clouds over their heads once in a while. Human nature sees negativity everywhere. Aristotle once said: “happiness depends upon ourselves”. It’s just a matter of putting our minds to it. It’s doing what we want to do, for ourselves.

Daan Botlek is a Dutch artist who doesn’t depend on others to lead a happy life, through his own expectations and without system constraints.

 “I do a lot of different things, and sometimes I paint walls. I just do what I like to do in that moment, and don’t really look at what other people do. I don’t try to be up to date with the latest trend. I see it when I see it, that’s all.

– Daan Botlek

[Fresh Paint Gallery]: Hi Mr. Botlek. For starters, how did you see your future as a kid? Did you expect ending up in the arts?

[Daan Botlek]: I don’t think I had plans for the future. I still don’t. I guess I wanted to be an explorer. Heavily inspired by Indiana Jones and the Goonies, of course! Or become an inventor. But ending up in the arts is something I never expected or aspired to. As a kid, I was good at drawing but art was a weird world for me. I couldn’t understand it.

 

[FP]: In a past interview for Frank151, you said that you had started different educations but always seemed to be disappointed in them. What was it that disappointed you? What alternatives or piece of advice would you give out to people who like you, feel this way about how education?

[DB]: It’s hard to speak for others as everybody experiences it differently.

Primary school was a lot of fun learning all the basics; the world was one full of possibilities and dreams. But that untamed motivation disappeared in high school. I started to question a lot of things: the underlying structures of everyday life, of situations, of institutions (like school). Existential questions that were left unanswered. You can learn a lot in school, but knowledge isn’t the driving force, it’s proving you can get good grades.

Doing the same thing in every class, every day, every semester, every year was pretty devastating. It was like Groundhog Day. It was even more painful to realize that most people are convinced that working hard [to get a good grade] is a sign of intelligence. If you didn’t live up to other people’s expectations, you were just a lazy dreamer. Answers were much more important than questions. Knowing was more important than understanding.

I became completely apathetic. I didn’t do anything, had no motivation and couldn’t concentrate. School seemed to go nowhere with no apparent goal. Like a big black hole sucking me in. Going to school made me feel stupid. The only motivation came from cheating and finding ways to beat the system. It was the only thing that encouraged real life skills like creativity, ingenuity and people smarts. Paradoxically, you only learn about life after graduation. In school, you are kept away from it [life].

In continuing education, I kept the same mentality. I had a hard time taking anyone seriously, especially teachers. We didn’t share the same views, ambitions and expectations. I was bitter and very skeptic, but it’s okay now. After graduation, you can start pursuing your own dreams and get rid of other people’s expectations. It was a very long detour, but I’m now where I want to be and things are working out fine.

 

[FP]: What are the main difficulties for an artist living and working in Netherlands? How hard was it for you to stand out in a country with so many artists and such a strong art history?

[DB]: The main difficulty is the general mentality about art. Netherlands is a country of hard working no-nonsense people. Of entrepreneurs. Whereas as being an artist is seen as a hobby and people wonder how you’ll make ends meet. It only counts as a ‘real’ job if you make enough money.

For me, being an artist has never been a job but rather a way of life. To stick out is not important. It’s important that I can live the life I want to live. It is important that I can investigate, wonder, experiment, learn and share. I constantly have to find new ways to get a satisfying conclusion. Money and popularity should never be the goal. It will make the work predictable because it’s living up to other people’s expectations. I don’t mind popularity, but I don’t want it to govern my work and direction in life.

 

[FP]: The Netherlands has a long history of cultural social tolerance and is now perceived as a liberal country. To what extent do authorities accept street art in the country? Do cities tend to help artists from that discipline?

[DB:] To authorities, street art is graffiti and there is a zero tolerance policy. Also, homeowners are not in a position to give permission to paint their wall; the city government decides of that. It makes it very hard to negotiate projects. Any graffiti you see is ‘hit-and-run’ stuff. In Rotterdam and some other cities, there are some organisations trying to conceive big mural projects, but it takes time to convince the politicians of the benefits for the neighbourhood. Then again, I haven’t been in the Netherlands for almost a year now so I’m not sure what the current situation is.

 

[FP]: You tend to work hand in hand with the architectural elements of the building you’re painting on, which in the end creates a impressive pieces of art. Other than that technique, what is your approach to painting a huge scale drawing or painting?

[DB]: These are two different things requiring each a different approach. Indeed I make use of architectural and natural elements in such way that all of the surroundings become part of the painting. I just have to put some characters in the ‘scene’ and it will influence the complete environment. People have asked me to make canvas paintings of these characters but so far I have never seen a reason to do so. To put these characters on a canvas felt like putting them in a box, a prison. This idea actually became the concept for a new series of drawings and eventually some canvas paintings. I start with drawing a box. In this box, I put some basic elements to create an environment: a construction of stones, ropes, transparent geometric shapes, etc. In this environment, I put some characters involved in some activity or interaction; it’s not really clear what’s going on. For me, this is a new way of conceiving an image and a new playground to explore.

 

[FP]: You’ve been said to try to get people out of their comfort zone by using small provocative, disturbing and minimalistic anonymous naked human bodies on huge scales. Dutch artists such as Joep van Lieshout, Aernout Mik or De Rijk and De Rooij, all in different art disciplines have also used disturbing and provocative themes for their work. What can we make of this? Is the use of these recurrent themes part of a continuation in condemning something somehow? What do you like about those themes?

[DB]: Ha, okay, put like this it’s a bit out of context, but yes, I like to get people out of their comfort zone. I try to do so by creating images that are not clear. You will recognize everything you see in the image, but you still won’t have any clue of what’s going on. That is, unless you come up with your own story. But a lot of people demand an explanation. People need answers, but I don’t give answers, I give questions. The image is a formula, not the outcome. The audience has to participate to come up with a satisfying conclusion.

A question will make you reconsider reality. That is what art has been doing for the past 150 years or so: questioning our concepts of reality. Art is a way of peeking through the fabric of illusions we tend to create for ourselves, and that can be pretty confronting.

 

[FP]: Tell me if I’m wrong, but neither your paintings nor murals ever have titles. Why is that?

[DB]: Yes, for a long time I refused to give titles because I had the idea that it would define the work. After a while, I realized people made their own stories anyway, no matter the title. So a year ago, I abandoned the ‘no title strategy’. In fact, coming up with a title is one of  my favourite parts of making art. It’s an extra game to play.

 

[FP]: What has been the most inspiring spot to paint at and what’s one place in the world you would like to hit up? Why?

[DB]: That would be all the beautiful abandoned buildings and factories in Leipzig, Germany. A massive playground for exploring and experimenting. I go there every year to do a project with some other artists, culminating in an exhibition in one of those abandoned buildings. I’d love to paint in a big cave, one with cathedral like proportions. The result should be a mix of paintings, sculptures and installations. Cave paintings have always been a source of great inspiration. The mysteries surrounding them and their creators make my imagination run wild.

 

[FP]: Nowadays, many issues come along with the explosion of Internet. With everything being more accessible, art is being commercialized more and more. Other issues can include suing for breach of property rights and so on. What’s one issue or problematic you feel close to when looking at today’s urban art scene? Why?

[DB]: Well, I don’t know much about the urban art scene. I have more of an interest for art in general. Of course, a lot is focused on fairs and sales. That results in a lot of very good work but also very predictable art. I don’t know if that’s good, bad, or even a new issue. I don’t care much about it; I just focus on my work and life.

 

[FP]: Over email, you told me you had been travelling since April… What will you be working on in the next few months? Are you planning on heading back to Holland for a while?

[DB]: At the moment, I’m still in Bangkok where I just finished my first solo exhibition in Asia. I’ll stay in the area for a while to finish some other work. Then, I have to get back to Holland. I’ve got some exhibitions and projects coming up in Vlissingen, Rotterdam, Berlin and Leipzig. I’m very much tempted to go back to Bangkok soon. It’s a very inspiring place with an energetic art scene.

FB | IG | Behance | Flickr

Considered by many as a black sheep in the field of art, Daan Botlek enjoys bridging paradoxes. The Dutch artist is famous for his wide murals and paintings throughout the world. Associating him solely to this unique type of work though, wouldn’t be an accurate description. From miniature designs to huge wall paintings, every single piece he delivers seems to raise questions as he plays with architecture, perspective and impossible spaces giving the notion of entrapment to his art. 

Daan Botlek’s latest work was showcased in the “Inhabitated Hypercube” solo exhibition held in Bangkok. A few of the artist’s past exhibitions and events include “St+Art Mumbai” (Mumbai, India), “Graffiti and Street Art festival Styria” (Fürstenfeld, Austria), “Le M.U.R.” (Mulhouse, France), “Ampelhaus” (Oranienbaum, Germany), “Neurotitan” (Berlin, Germany), “Gallery Frank Taal” (Rotterdam, The Netherlands) and “If Paradise Is Half As Nice” (Leipzig, Germany).

© Pictures courtesy of Daan Botlek. All rights reserved.