Interview with Monk.E

Origins of the artist’s name

When Monk.E first discovered the hip hop and graffiti worlds in the 90’s, choosing a name quickly became a necessity. At the time, many artists who had the letter O in their names were replacing them with characters which he thought was quite an interesting way to interact with the letter. He was looking for a short name with the letter O that could be painted quickly. A TV documentary on Buddhist monks inspired his name. Monks create mandalas with colored grains of sand, then destroy them after months of work. These monks reminded him of the ephemeral aspect of graffiti, and of art. He chose the name Monk, but it was already taken in Montreal, and so decided to add a 3 aka a reversed E, to represent the word “Energy,” making it Monk.E. Monk.E is an artist who is always looking for deeper meaning in his artwork.

Travelling, or how to open the mind and personal views

For Monk.E, travelling is an important part of his life. He is actually in Uganda at the moment for the world final of End of the Weak, an international MC challenge. For him, travelling is synonymous with renewal, adaptation, personal introspection, and diversity of experience. Deeply inspired, Monk.E uses his overseas experiences in his artwork.

K6A Crew: relationship with Monk.E

Eleven years ago, Osti One, Saer, Serak and Monk.E got together like racoons, as they sometimes refer to themselves, in the spirit of graffiti and music. The name of the crew is inspired by a funny postal code that in French sounds like “What the hell is this?!” (“Ko-ssé ça !?!”). Over the years the crew has evolved and currently has about twenty-three members. For the nineteenth edition of the Under Pressure Festival, K6A dedicated their wall to a man who inspires them all, Hunter S. Thompson. To them, this marginal character represents artistic delirium, found in the crew as much as in the book and movie Fear and Loathing in Las Vegas.

monkemc

Relationship with Under Pressure

From a young age, Monk.E has considered the festival a graffiti Mecca and would come down from Drummondville to take photos of the walls before, during, and after the weekend. He’s been painting walls at the festival now for six or seven years, and for him Under Pressure became his first Canadian graffiti reference, as much through the magazine as the artists involved in the project. Today, he considers the festival to be a big summer jam where he gets to meet up with all his friends and a chance to perform as an MC.

For the Drummondville born artist, the Under Pressure Festival distinguishes itself from others by staying true to its roots and being a place of survival for graffiti, the art of modern calligraphy, and all elements of hip hop combined. Despite the madness of new trends, Monk.E thinks the festival is good for the community and will continue to survive and stay faithful to its roots.

______________________________________________________________________________

Les origines bien particulières d’un nom d’artiste

Monk.e découvre et fait son entrée dans le milieu du hip-hop et du graffiti dans les années ’90, suite à quoi la recherche d’un nom d’artiste devient nécessité. À ce moment là, nombreux étaient ceux qui remplaçaient le « O » de leur nom par un personnage. Lui, voulait simplement quelque chose de court qui allait se peindre rapidement, avec un « O » à l’intérieur. C’est un documentaire sur des moines bouddhistes à la télévision qui lui donne l’inspiration pour son nom. Leur tradition était telle de créer des mandalas avec des grains de sable de couleur afin d’entrer dans un processus d’introspection au terme duquel ils devaient eux-mêmes détruire l’oeuvre crée. Ces moines lui rappellent le côté éphémère du graffiti, de l’art. Il choisit donc le nom « Monk », mais à défaut d’être le premier avec ce nom, il deviendra Monk.e, le « E » représentant le nombre 3 à l’envers et l’énergie. Monk.e est cet artiste qui a toujours ce désir et cette recherche de profondeur dans son art.

Les voyages, ou comment forcer l’ouverture d’esprit et les perspectives personnelles

Pour Monk.e, les voyages font partie intégrante de sa vie. Il est  d’ailleurs en Ouganda en ce moment pour la finale mondiale de « End Of the Weak ». Voyager est pour lui synonyme de renouveau, d’adaption, d’introspection naturelle et de diversité du vécu. Une fois dans une zone d’inspiration profonde, chaque artiste entame un voyage et c’est pour cette raison qu’il fait autant appel à ses expériences outre-mer dans ses oeuvres.

Le collectif K6A: relation avec Monk.e

Le collectif a été créé il y a 11 ans et c’est dans un esprit de graffiti et de musique que Osti One, Saer, Serak et Monk.e se rassemblent tels des ratons. Fait cocasse, le nom du collectif s’inspire d’un code postal rigolo qui pouvait se lire « Ko-ssé ça !?! ». Le collectif évolue au terme des années et comporte 23 membres officieux à ce jour. Pour cette 19e édition du Festival Under Pressure, K6A dédie un mur à un homme qui les inspire: Hunter S. Thompson. À leurs yeux, le personnage représente un des côté fou de leur regroupement, le délire artistique qui existe dans le livre et le film « Fear and Loathing in Las Vegas » , ainsi que l’aspect marginal de sa personne.

Relation avec Under Pressure

Déjà tout jeune, il considère le Festival comme étant la Mecque du graffiti et descend de Drummondville pour prendre des photos autant avant que pendant et après la fin de semaine. Actif depuis 6-7 ans dans la peinture des murs, Under Pressure devient sa première référence canadienne en terme de graffiti et ce, autant au travers du magazine que des artistes impliqués dans le projet. Aujourd’hui, il considère le Festival comme étant un gros jam d’été où il revoit tous ses amis et où il a également l’opportunité de performer en tant qu’emcee.

monkemc

Pour l’artiste originaire de Drummondville, le Festival UP se distingue des autres en restant plutôt puriste, en étant un endroit de survie pour le graffiti, l’art de calligraphie moderne et tous les éléments du hip-hop réunis. Il juge que le festival est bon pour la communauté et que malgré le tourbillon de folie des nouvelles tendances, il survit et reste fidèle à lui-même.