Annoncement Underpressure

Ecrit par Amélie Saletti.

Le mois d’août est synonyme de créations urbaines pour la ville de Montréal. Le festival Under Pressure reprend du service le 9 et 10 août prochain pour célébrer l’indépendance de la culture urbaine locale et internationale. Unique en son genre, il promet de galvaniser cette année encore novices et avertis. Tous rassemblés autour des murales de notre chère cité, elles deviendront pour l’occasion un espace de création et de performances. Laissez vous séduire le temps d’un week-end par ce voyage au cœur de cette joyeuse communauté porté par les artistes multi-catégories venus de tous les horizons à l’occasion du festival « Under Pressure ».

Nous sommes en 1996. Très largement controversé, le graffiti et le Hip hop commencent à incarner le visage d’une génération. Celle de jeunes gens qui ont décidé de s’exprimer sur les murs de leur ville ou bien celle de danseurs qui s’affrontent face à face sur les rythmes de break beat… Le climat est à la diabolisation, et le grand public a du mal à déceler les revendications qui sous-tendent cette culture alternative. On apparente plutôt ça aux visages masqués et hostiles qui paraissent souvent dans les faits divers des journaux… C’est dans ce contexte que le crew de graff TA sous le leadership de Sterling Downey aka SEAZ  va créer le festival Under Pressure. Respectant la lignée des block party new-yorkaise, les street artistes sont invités pour repeindre à visage découvert les surfaces urbaines qu’offrent la ville pendant que les MC, skaters, b-boy s’activent pour offrir aux montréalais un aperçu de leur art respectif. Tous ces acteurs se rencontrent, échangent pour pérenniser un état d’esprit commun autour de la création et du partage. Il s’agit également d’une nouvelle tribune pour que chaque citoyen puisse comprendre les valeurs positives véhiculées par le monde du Street Art. Au fil des années le projet a pris de l’ampleur, et a permis de fédérer un nombre important d’artistes venus des quatre coins du globe. Tout s’est mis en place grâce à l’aspect communautaire de l’aventure. Le volontariat est le ciment de cette ambition humaine et culturelle. Représentants à part entière ou bien férus de performances de rue, les bénévoles se sont relayés au fil des années pour porter les ambitions auxquelles prétendaient le festival, permettant ainsi son rayonnement.

L’édition 2014 célèbre à présent les 19 bougies d’Under Pressure. En amont, l’espace Fresh Paint – fils  d’Under Pressure – participera également à l’animation de la scène publique. Le 6 Août, « Beaux Dégâts » déferlera sur les Foufounes Electriques avec la présence de 6 équipes d’artistes, qui réaliseront des murales en live. Le 7 août, la conférence Off the Record abordera en débat le lien entre éducation et Hip Hop. Et le 8 août, « Art Attack » célèbrera la nouvelle exposition de la galerie et permettra à quelques artistes de peindre et d’interpréter le lettrage de l’événement.

Par la suite, Under Pressure ouvrera ses hostilités. Au programme, un panel de graffeurs locaux et internationaux qui travailleront sur le secteur de Sainte Catherine Est. Sur la scène principale du festival, des performances musicales sont prévues tout au long du week end avec notamment Vilify, Spoon, Bee, Art Beat Montreal, Ja nitai Lotus, Sey Dee… Le dimanche, une compétition de danse sera présentée sous l’égide de Pierre Michel aka B-boy Afternoon à 15 heures avec une remise des prix à 19 heures par le fondateur du mouvement Zulu Nation Afrika Bambaataa (NYC). Un contest de Skate sera également proposé de 15 à 17 heures avec un cash prize de 1000 $ au croisement de Sainte Catherine et de Saint Elisabeth.

La diversité et l’échange seront les maîtres mots de ces quelques jours. Jeunes, bambins, parents sont attendus au Festival Under Pressure. L’occasion de célébrer dans la diversité les activités de la culture Hip hop dans les rues de Montréal !

Poster1217_UP-01

Brand New mural at Foufounes Electriques

MONSTR aux Foufounes Électriques / Under Pressure 2013

MONSTR aux Foufounes Électriques / Under Pressure 2013 from Kevin Millet on Vimeo.

Artist: Benjamin Tran aka Monstr
Directed by Kevin Millet

Foufounes Électriques
Festival Under Pressure 2013
Fresh Paint Gallery 2013
Les remplisseurs

Music: Mos Def feat Slick Rick – Auditorium

Links:
lemonstr.com
milletkevin.com
underpressure.ca
facebook.com/foufouneselectriques

Press Review of Under Pressure 2013

Forget the Box :

Forgetthebox

Recap of the 18th Edition of Under Pressure : click here

Journal de Montreal :

journaldemontreal

Short recap of the full page article in Journal de Montreal : Click Here

Nightlife :

nightlife

Under Pressure’s Sterling Downey on graffiti culture’s dramatic evolution : Click Here

Under Pressure 2013 in pictures : Click Here

Cult MTL :

CULT

Under Pressure 2013 seend by CultMTL : Click Here

Darcy McDonald chronicle : Click Here

Interview with Mr.LIF headliner of UP festival : Click Here

MTLBlog :

mtlblog

Under Pressure Part.2 : Click Here

Under Pressure Part.1 : Click Here

Beaux Dégâts #12 Launch Under Pressure : Click Here

The Gazette : Urban Expression

urbanexpression

Fresh Paint view by Urban Expression : Click Here

 

Interview: ARLY

The eighteenth edition of the Under Pressure festival was a success.  We met with some of the artists who participated in the previous editions and talked to them  about Under Pressure and the importance of the festival in their opinion and how it has influenced or helped their careers.

La dix-huitième édition du festival Under Pressure était un succès! On est parti à la rencontre d’artistes ayant déjà collaborés avec Under Pressure, afin qu’ils nous donnent leur point de vue sur le festival, et l’influence qu’il a eu dans leurs carrières.

 

Under Pressure: Can you tell us about your experience with the Under Pressure Festival (as an artist or spectator).
ARLY: I first attended the festival in 2001 as a spectator before I was drawing or painting.  Seven years later I attended as an artist for the first time.  I had applied to Under Pressure to paint with very limited skills and was granted that opportunity.  Years later, as my skills developed, Under Pressure would provide me with more opportunities to display my work to a growing audience.

UP:This year marks the 18th edition of UNDER PRESSURE, what are your impressions and comments on the last 18 years? Do you think Under Pressure has played a role in the acceptance and education of urban culture in Montreal and its evolution?
ARLY: Under Pressure definitely plays a roll in public education.  For the most part I think people are interested and want to be educated and under Pressure provides an outlet where the public can peer into an otherwise obscure and secretive culture.  Acceptance only goes so far, however.  Although Under Pressure teaches about all aspects of graffiti culture, the festival itself only showcases the more artistic colourful side that people can easily understand.  Because what’s the harm in young people expressing themselves through colour if it’s sanctioned by the property owners and the city?  And people are eager to show their support because it makes them seem more tolerant of this graffiti when arguing against the illegal side.  True acceptance will come when people realise that all the “beautiful” graffiti they want to show support for only exists because “scribbles” and “bubble-letters” exist, and that every graffiti artist who’s work made them say “wow” also does or used to do what they condemn for being vandalism.  True acceptance will come when the public recognizes important and influential graffiti artists and gives all their illegal work the same treatment as a certain stencil artist over in Britain.

UP:At a time where there is a clear commercialization of urban art, graffiti and street art, Under Pressure has maintained and stood the test of time while catering to a larger public and helping build a constant following. What do you think the secret is in the longevity of Under Pressure?
ARLY:Under Pressure had already established roots in Montreal before the art form really exploded into pop-culture.   It had already built a foundation in a time when there was a larger quality-per-capita ratio for artists in the city.  As the quantity of artists grew through the generations, more and more young people wanted to be part of the heritage of our city’s graff scene.  The festival has provided artists with wall surfaces in highly visible, frequently trafficked areas, and lots of public attention.  Something every graffiti artist wants, and there are always new graffiti artists each year.

UP: You have also participate Under Pressure’s FRESH PAINT Gallery project and have exhibited there, has your approach for the gallery been different from your approach to the festival?
ARLY: My approach to the Fresh Paint gallery was more reflective of my work as a portrait artist and muralist.  The Under Pressure Festival has always been a great platform for exhibiting styles within the genre of graffiti art, and Fresh Paint Gallery provides me with an outlet to exhibit styles in other genres.

UP: What consequences / influences / effects has the festival and the gallery had on your career and your perception of urban culture, street art and graffiti as an artist?
ARLY: In recent years, Under Pressure has provided me with many opportunities to exhibit my work and has promoted and supported me as a local artist.  The work I have produced for UP helped strengthen my portfolio and continues to attract business.  It has been very enlightening to meet other artist and discover their work.  Under Pressure has facilitated the emergence of young artists that would have otherwise never been discovered.

 

Under Pressure: Peux-tu nous parler de ton rôle au sein du festival.
ARLY:J’ai participé au festival pour la première en 2001, en tant que spectateur avant même de dessiner ou peindre. Sept ans plus tard, fut ma première participation en tant qu’artiste. Malgré mes pauvres compétences en peinture j’ai sauté sur l’opportunité et ai envoyé un formulaire d’application à Under Pressure. Des années plus tard, mes compétences s’étant améliorées, Under Pressure me permet de faire connaitre mon travail à un plus large public.

UP: Cette année marque la 18ème édition d’Under Pressure, quel est ton regard sur ces 18 dernières années. Penses-tu qu’Under Pressure ai joué un rôle dans la réception de la culture urbaine à Montréal et dans son évolution?
ARLY: Under Pressure joue définitivement un rôle dans l’éducation du public. Pour la plus part, je pense que les gens sont intéressés et veulent en apprendre d’avantage. Under Pressure fournit matière  pour que le public découvre une culture obscure et secrète. L’acceptation va plus loin. Bien qu’Under Pressure éduque sur tous les aspects du graffiti, le festival en lui même, montre seulement le coté coloré que les gens peuvent facilement comprendre. Parce que qu’est-ce qu’il y a de mal à ce que des jeunes s’expriment à travers la couleur si ce n’est être sanctionnés par les propriétaires et la ville? Et les gens sont enthousiastes à montrer leur support parce qu’ils passent pour plus tolérant envers le graffiti qu’en argumentant contre le coté illégal de la chose. La vraie acceptation viendra quand les gens réaliseront que tout les “beaux” graffitis qu’ils veulent voir et soutenir existent grâce aux “gribouillages” et aux “lettres ballons”. Tous les artistes graffeurs veulent quq le public qui dit “wow” pour certaines de leurs oeuvres le dise aussi pour ce qu’il condamne et considère comme vandalisme à l’habitude. La vraie acceptation viendra quand le public reconnaitra l’importance et l’influence des graffeurs  et qu’il donnera à leur travail illégal le même traitement qu’il donne à certain artiste-pochoiriste en Angleterre.

UP: A l’heure où il y a une certaine commercialisation de l’art urbain, Under Pressure prone un accès pour tous à la culture urbaine. Penses-tu que ce soit le secret de sa longévité ?
ARLY: Under Pressure a déjà établit les racines de l’art urbain à Montréal avant qu’il ai gagné la culture populaire. Il avait déjà construit toute une fondation à une époque où la porportion d’artistes de qualité par capitale était plus élevée. Comme le nombre d’artistes augmente à travers les générations, de plus en plus de jeunes veulent faire partis de l’héritage de la scène graff de notre ville. Le festival a apporté aux artistes une plus grande visibilité  dans des espaces de la ville avec beaucoup de passage et il y a tous les ans des nouveaux artistes graffeurs.

UP: Tu as aussi travaillé pour Fresh Paint, approches-tu ton travail différemment selon qu’il soit destiné au festival ou à la galerie ?
ARLY: Mon approche pour la galerie Fresh Paint était plus réfléchie que mon travail de portraitiste ou de muraliste. Le festival a toujours été une superbe platforme pour exposer différents style de graffitis, la galerie m’a fourni les outils pour produire dans un autre style.

UP: Quelle conséquence/influence a eu ta participation au festival sur ta carrière et sur ta perception de la culture urbaine ?
ARLY: Ces dernières années, Under Pressure m’a donné l’opportunité à plusieurs reprises de montrer mon travail, m’a encouragé et supporté en tant qu’artiste local. Le travail que j’ai produit pour Under Pressure a aidé à consolidé mon portfolio et continue d’attirer le business. Ca a été très instructif de rencontrer d’autres artistes et de découvrir leur travail. Under Pressure a facilité l’émergence de jeunes artises qui, sans cela, n’aurai jamais été découvert.

rsz_arly01
rsz_arly02

Under Pressure 2013 Official program

Félicitation à toute la communauté de BENEVOLES qui se mobilise chaque année depuis 18 ans maintenant, simplement pour la beauté d’offrir un évenement de qualité et l’un des rare festival alternatif de MTL avec presque aucun moyen financier ! On le redira jamais assez, grand merci aux organisateurs, graffeurs, bénévoles, B-girl, B-boys dj’s, skateur, Mc’s, Contributeurs !

On se retrouve le 10 & 11 Août pour celebrer !

Congratulations to whole community of VOLUNTEERS who come together every summer for the past 18 years now to create such an amazing program for the sake of offering one of the VERY VERY few alternative festivals in MTL with no money !! Once again big UP to all volunteers, organisers, Graffiti writers, dj’s, Skaters, Mc’s,B-boys and B-girls, sponsors !

See you at the festival on 10th and 11th to celebrate !

1003320_494054480673021_1043330570_n

Beauxdegâts

saturday

sunday

skate jam and bboy

sponsors

13237_491010537644082_88095913_n

Interview : EARTH CRUSHER

The eighteenth edition of the Under Pressure festival is coming soon. To make the wait go faster, we met with some of the artists who participated in the previous editions and talked to them  about Under Pressure and the importance of the festival in their opinion and how it has influenced or helped their careers.

La dix-huitième édition du festival Under Pressure arrive à grands pas! Histoire de vous faire patienter, on est parti à la rencontre d’artistes ayant déjà collaborés avec Under Pressure, afin qu’ils nous donnent leur point de vue sur le festival, et l’influence qu’il a eu dans leurs carrières.

Earth Crusher aims to maximize the overall return to its shareholders by controlling and dominating all life on the planet – areas of expertise in which we have a clear competitive advantage. A fundamental part of this is to deliver value while operating in a non ethical and socially inept manner, and remaining committed to short term gain.

UNDER PRESSURE: Can you tell us about y

EART CRUSHER: I believe my first Under Pressure was in 03 or 04, and first time participating in 06. This will be my 6th time painting at under pressure.

UP: This year marks the 18th edition of UNDER PRESSURE, what are your impressions and comments in the last 18 years and do you think Under Pressure has played a role in the acceptance and education of urban culture in Montreal and its evolution?
EC: Montreal is a special place, I find, when it comes to art. I’m not sure how accepted graffiti will ever be with the public as its very nature is illegal and very difficult to understand for people who don’t participate, but for the most part I think Montreal has an open mind when it comes to public art and I believe Under Pressure has played a big part in that.

UP:At a time where there is a clear commercialization of urban art, graffiti and street art, Under Pressure has maintained and stood the test of time while catering to a larger public and helping build a constant following. What do you think the secret is in the longevity of Under Pressure?
EC: The Under Pressure festival is successful for a few reasons. One of those reasons is maintaining an independent status outside the clutches of the likes of myself. Luckily for me, every artist is susceptible to the desire for higher status and fame, some of them even forfeit their opportunity for free expression as not to damage their commercial appeal, going to the length of committing a crime just to put up a sticker they copied from the internet with their signature added! People love that stuff.
But my favourite reason is the fact that the festival doesn’t pay any of their employees. I swear by this tactic and I use it all the time, although I usually have to resort to coercion for it to be effective. Somehow, Under Pressure has a caring community with willing volunteers… I’ll never understand that.

UP:You have also participated in Under Pressure’s FRESH PAINT Gallery project and have exhibited there, has your approach for the gallery been different from your approach to the festival?
EC: At the festival I try to come with a competitive approach; I want to have the best piece or production at the event. In the gallery, I’m competing more against myself; trying to push my own boundaries and explore new ideas of manipulating human perception.

UP: What consequences has the festival and the gallery had on your career and your perception of urban culture, street art and graffiti as an artist?
EC: The festival is something I look forward to every summer. It’s just a really fun thing to do and your work stays up in a strategic location all year. The Gallery on the other hand has had a big effect on my professional career as an artist and my view of the art business in general, plus it puts your work into a different sphere to be appreciated by a new audience in a way that will affect them for the rest of their lives.

Comme son nom l’indique Earth Crusher veut contrôler le monde, donner une valeur commerciale à tout ce qui nous entoure afin de nous pousser à une consommation maximum jusqu’à ce que la Terre en soit détruite.

Under Pressure: Peux-tu nous parler de ton rôle au sein du festival.
EARTH CRUSHER : Je crois que mon premier festival était en 2003 ou 2004 en tant que spectacteur, et en 2006 en tant que participant. Cette année sera la sixième année où je vais peindre pour Under Pressure.

UP: Cette année marque la 18ème édition d’Under Pressure, quel est ton regard sur ces 18 dernières années. Penses-tu qu’Under Pressure ai joué un rôle dans la réception de la culture urbaine à Montréal et dans son évolution?
EC: Je trouve que concernant l’art, Montréal est un endroit spécial. Je ne suis pas sûr de comment le graffiti serait accepté par le public s’il était, comme il devrait l’être, illégal. C’est très compliqué à comprendre pour les personnes n’y participant pas. Mais en général je pense que Montréal a un esprit ouvert sur l’art public et je pense qu’Under Pressure y est pour quelque chose.

UP: A l’heure où il y a une certaine commercialisation de l’art urbain, Under Pressure prone un accès pour tous à la culture urbaine. Penses-tu que ce soit le secret de sa longévité ?
EC : Le festival Under Pressure est un succès pour plusieurs raisons. L’une des raisons est qu’il a réussi à conserver son indépendance loin de l’influence de la commercialisation. Heureusement pour moi, chaque artiste est susceptible de vouloir plus de visibilité et de reconnaissance, ce qui pousse certains d’entre eux à refuser des opportunités à s’exprimer librement pour ne pas abimer leur atout commercial, mais par contre ils vont commettre le crime de prendre un visuel sur internet et d’y ajouter juste leur signature. Les gens aiment ça. Mais la raison principale de sa longévité, et celle que je préfère, réside dans le fait que les employés soient tous bénévoles. Je ne jure que par ça, et je l’utilise tout le temps, et j’en suis souvent contraint pour être efficace. Enfaite, Under Pressure est fait de volontaires désintéressés et enthousiastes qui donnent de leur temps sans attendre de contrepartie… Je ne comprendrais jamais ça.

UP: Tu as aussi travaillé pour Fresh Paint, approches-tu ton travail différemment selon qu’il soit destiné au festival ou à la galerie ?
EC: Pour le festival, j’essaie de venir avec un esprit de compétition. Je veux  que ma murale soit la meilleure de l’événement. Dans la galerie, je suis plus en compétition avec moi-même, j’essaie de me pousser au delà de mes propres capacités et d’explorer de nouvelles idées.

UP: Quelle conséquence/influence a eu ta participation au festival sur ta carrière et sur ta perception de la culture urbaine ?
EC : Le festival est quelque chose que j’attend tous les étés. C’est vraiment amusant à faire et ton travail reste en place l’année durant. Quant à la galerie, elle a eu un impact important dans ma carrière d’artiste et sur ma façon de voir le business en général. De plus, ça plonge ton travail dans un environnement différent ce qui lui permet d’être apprécié par un nouveau public qui sera affecté par son art pour le reste de sa vie.

 

Interview : Sterling Downey

The eighteenth edition of the Under Pressure festival is coming soon. To make the wait go faster, we met with some of the artists who participated in the previous editions and talked to them  about Under Pressure and the importance of the festival in their opinion and how it has influenced or helped their careers.

La dix-huitième édition du festival Under Pressure arrive à grands pas! Histoire de vous faire patienter, on est parti à la rencontre d’artistes ayant déjà collaboré avec Under Pressure , afin qu’ils nous donnent leur point de vue sur le festival, et l’influence qu’il a eu dans leurs carrières.

Sterling Downey is a multifaceted character. Graffiti writer, co-funder of the Under Pressure festival and the Fresh Paint Space, and politician. He talked with us about the Under Pressure festival, from its beginning to nowaday.

Under Pressure: How did the Under Pressure festival come into existence ?
Sterling Downey: In 1996, myself and another graffiti writer FLOW who was my mentor in graffiti decided that the city and the police’s label on graffiti writers was being portraited super negatively in the media so we had to  find a way to get a better image across publicly. When we were being interviewd by the media we had to hide our identities since we were graffiti writers, this meant us wearing masks or bandanas which the general public watching the news couldnt identify with, so we ended up looking like masked bandits, this worked to the advantages of the police and how they want people to see us. we decided that the best way to win over the public would be to go on camera and be interviewed as ourselves and in order to do this we needed something graffiti to talk about so we decided to start the festival, all the news crews who wanted to talk to us were now interviewing 2 festival founders instead of 2 graffitis writers. the festival also let the public come and see for themselves graffiti being produce in a public environment during the day. This helped demystify peoples prejudices about who was doing graffiti.

UP: This year marks the 18th edition of the festival (18 years later), how has the event evolved throughout the years (organization, reaction of the public and the participants).
SD: The event started as a very small  one day event , in March of 1996 under the name Aerosol Funk, this was an indoor event with 16 local graffiti writers both men and women and about 200 spectators. I dont need to tell you that spray paint indoor in the small space is a bad idea and this is who we learnt that lesson 1st hand. In aug of 1996 we did the festival outdoor in the plateau district of montreal and we had approximately 22 graffiti writers from across Canada paint. Both events had dj and break dancing components (aspects), and we had about 500 spectators. Over the years the festival grew to over one hundred graffiti writers from around the world, 5000 to 10000 spectactors over the last 9 years. A lot of this growth had to do with creating a 2nd day to the festival we have also added a lot of hip hop performences and in the last decade have over 40 djs participated over the 2 days. Another big mile stone is instead of fighting the city we now try  to work together so the greater public can benefit from the festival. However the festival is still funded as it always has been through the community in order to keep it independent of any external influences.

UP:  Today Street Art and Graffiti have important places in the Art worlds and have been rapidly distancing themselves  from the whole <<Urban, Accessible to everyone>>. Even after 18 years of existence, Under Pressure has successfully maintained a community connection and has stayed real to its roots, far from the current business side of the culture. Is the festival a way for you to stay connected with the origins of the culture ?
SD: Absolutely, by keeping the festival small, community oriented, community funded and organized by community volunteers it is able to reflect their needs and be a true representation of their voice through their involvement. The problem today is everything has been over commercialized, saturated and made too accessible through tools like the internet and advertising. This has commodified the culture and sucked the sole and intergrity right out of it in my opinion which is sad considering graffiti and street art were forms of protest and represented a voice for the disenfranchised. Graffiti and street art were also once powerful tools used to speak out against injustices. Today is just about pretty pictures on a wall, your facebook page, instagram and flickr, the more likes you have or people who have seen your pictures dictate how famous you are it is not longer about the quality of your work or your reasons for doing it. Today everyone is graffiti writers or street artist for at least 5 minutes of their lives.

UP: What are your projects and hopes for the next years ahead ?
SD: Continue the festival to reach its 20th year in 2015 and make sure it can be taken over by somebody who will make sure it sees its 30th anniversary (if that personn exists). To continue with projects like the fresh paint space and continue to empower and render the artists independant of galleries and agents so they can benefit and live off of their work on their terms. Get elected in municipal politics to push arts and culture further in montreal, get married, stay married, have a family, get some rest.

 

Sterling Downey est un personnage multi-facettes. Graffeur, co-fondateur du festival Under Pressure et de la galerie Fresh Paint, politique. Il s’entretient aujourd’hui avec nous afin de nous raconter l’histoire du festival, de son commencement à aujourd’hui.

Under Pressure: Comment est né le projet du festival Under Pressure ?
Sterling Downey: En 1996, moi même et FLOW, un graffeur qui a été mon mentor en graffiti, trouvions que la ville et les autorités donnaient une image négative des graffeurs qui ensuite était relayée dans les médias. Nous devions donc trouver un moyen d’améliorer cette image. Quand les médias nous interviewaient nous devions cacher notre identité derrière des bandanas puisque nous étions des graffeurs. En nous cachant derrière des masques et des foulards,  le public ne pouvait pas s’identifier à nous lors qu’ils regardaient les nouvelles, et on finissait par ressemblait à des bandits. Cette image était en faveur des autorités et de comment la population voulait nous voir. Finalement, nous nous sommes rendus compte que la façon de conquérir le public était de s’assumer devant les caméras lors d’entrevues, et pour ça nous avions besoin de contenu en rapport avec le graffiti sur lequel parler, nous avons donc décidé de commencer le festival. Tout ceux qui voulaient nous parler, interviewez dorénavant les deux fondateurs du festival, et non plus deux graffeurs.
Le festival qui avait lieu en journée dans un espace public, permettait à la population de voir le processus de production par eux-même, et a aider à démystifier les à priori qu’ils avaient sur les graffeurs.

UP: Cette année marque les 18ans du festival, comment a évolué l’événement au fil des années?
Ca a commencé très petit en Mars 1996, c’était un évènement d’une journée. Sous le nom d’Aerosol Funk, l’évènement avait lieu en intérieur, il y avait 16 artistes locaux (hommes et femmes) et environ 200 spectateurs. Je n’ai pas besoin de vous dire combien peindre à l’aérosol dans un petit espace fermé était une mauvaise idée, mais on apprend de ses erreurs En Août de la même année, nous avons organisé le festival en extérieur, sur le Plateau à Montréal. Il y avait environ 22 graffeurs venant des quatre coins du Canada, il y avait aussi des Djs et de la Break Dance. On a accueilli environ 500 spectateurs. Au fil des années, le festival s’est agrandi est a reçu plus d’une centaine d’artistes internationaux et entre 5000 et 10000 spectateurs sur les neuf dernières années. La principale raison de cet essor est du à la création d’un second jour au festival. Nous avons aussi rajouter des performances Hip Hop. Pour cette dernière décennies, plus de 40 Djs ont joué sur ces deux journées. L’autre fait marquant est qu’au lieu de se battre contre la ville, nous essayons aujourd’hui de travailler ensemble, afin qu’un public plus large puisse assister au festival. Toutefois, le festival a été et est toujours géré par la communauté, afin de conserver notre indépendance face à toute influence externe.

UP: Aujourd’hui le street-art a une place importante dans le marché de l’art et s’éloigne du coté « urbain/accès à tous ». Même après 18 ans d’existance, Under Pressure garde un coté communautaire, loin du business actuel. Est-ce que pour toi le festival est une façon de rester connectée avec la source meme de la culture urbaine ?
SD: Absolument, en gardant le festival petit, communautaire et organisé par la communauté de bénévoles, l’évènement est représentatif des besoins et de l’implication et de la voix de chacun. Le problème aujourd’hui c’est que tout est sur-commercialisé, saturé et rendu trop accessible à cause d’internet et de la publicité. Ca a transformé la culture en un objet et en a oblitéré son essence et son intégrité. C’est dommage sachant que le graffiti et le street art sont issus de mouvements protestataires.  Le graffiti et le Street Art étaient des outils puissants utilisés contre les injustices. Aujourd’hui ce ne sont plus que des jolies images sur un mur, sur ton facebook, ton instagram ou ton flickr. Aujourd’hui ta popularité est dictée par le nombre de “like” ou de vues que tu reçois sur une photo, et non plus pour la qualité de ton travail ni pour les raisons qui la motive. Aujourd’hui tout le monde peut ètre un graffeur, ou un street artiste pour au moins cinq minutes dans leur vies.

UP: Quels sont tes projets et espoirs pour les prochaines années ?
SD: Aider le festival a atteindre sa vingtième année en 2015 et m’assurer qu’il sera reprit par quelqu’un qui le ménera jusqu’à son trentième anniversaire (si tant est que cette personne existe). Continuer mes projets avec l’espace Fresh Paint et continuer à valoriser et aider les artistes indépendants, afin qu’ils puissent bénéficier et vivre de leur travail. Etre élu au éléction municipale afin de donné poussé plus loin les arts et la culture à Montréal. Me marier, rester marié, avoir une famille, me reposer.