Bianca Hlywa

Bianca Hlywa was born in Montreal, raised in Calgary and has returned to Montreal to study Painting and Drawing at Concordia. The common thread in her life has been the desire to create. In exploring this desire, she often uses unconventional materials such as cardboard and steel. Art is to culture, as nutrients are to humans. Montreal’s prominent artistic vibration is nutritious for the artist’s soul. Bianca absorbs these nutrients as inspiration for creating her art which helps add to the culturally rich society around her. Art is a way of life for her, and she will continue to feed the global community with her art until they’re full, or shes six feet under.

Laurence Vallières

C’est à l’aide de figures animales que Laurence Vallières dessine et sculpte des œuvres se moquant des réalités sociales modernes. Gorilles, chiens, ou poissons remplacent la figure humaine créant des métaphores satyriques. Cette artiste graduée de l’université de Concordia en beaux arts installe habilement ses statuettes ornées de l’appellation «Eugène» dans les rues de Montréal. Le temps qu’elle passa à étudier Los Angeles et en résidence d’artiste à Saint Petersbourg lui permit de développer un intérêt avec l’espace urbain. D’après elle, l’environnement public est la meilleure façon de compléter son discours. Laurence est une artiste qui n’a pas peur d’entamer d’audacieux projets d’envergures. Ses installations en carton (collaboration avec Jessica Lau) vues à la galerie Fresh Paint lors de l’exposition Transmute, une jungle d’art urbain, dans le cadre de La Nuit Blanche et dans une installation spéciale pour le festival Under Pressure, sont des exemples flagrants de son originalité, de son talent et de son obsession du détail.

http://www.laurencevallieres.com

En Masse

Originaire de Winnipeg, Jason est un artiste muni d’un B.A en Arts. Suite à un désillusionement face au monde artistique, il traversa une période d’introspection pendant laquelle un changement de carrière vers celle de moine était considéré.  Ayant vécu au Japon et voyagé un peu partout, Jason fit son chemin jusqu’à Montréal où il décida de donner une autre chance à son art, mais cette fois avec une meilleure compréhension de ce que l’art signifie pour lui : la communication.

Avec son collègue Tim Barnard (artiste et ancien camarade de classe), il créa En Masse. Et, afin d’offrir autre chose qu’une exposition d’art typique, ils déciderent de recouvrir les murs d’une galerie avec le plus de papier ou de toiles possibles pour ensuite inviter d’autre artistes à participer à la grande murales. Les co-fondateurs, qui travaillaient en noir et blanc depuis des années, ont alors décidé de se servir de ce critère de participation afin de réunir tout les joueurs sur un meme terrain. Le nom choisi ? EN MASSE.

Si à certins égards cela peut ressembler à un collectif, ce n,est pas vraiment le cas. Le groupe est plutôt ouvert et non défini par des membres spécifiques. ils encouragent vraiment tout artiste intéréssé à s’impliquer, car le succes du projet depend avant tout des nouveaux artiste et des nouvelles idées.

Leurobjectif ultime est avant tout de devenir une véritable plate-forme pour les artistes, quelque chose qu’ils peuvent ajouter à leur porte-folio, ainsi qu’un moyen d’elargir leurs horizons.

 

Comment Chevrolet pille le Graffiti.

[www.youtube.com/watch?v=gX7JKAj8kKA]

L’histoire commence en 2011.

Chevrolet Canada met en place une campagne nationale pour le lancement de la Chevrolet Sonic. Ils decidèrent de faire appel aux agences de communications MacLaren McCann et Cossette. Leurs recherches de supports de communications les emmenent devant les murs des artistes du festival Under Pressure 2010. Ils dècidèrent donc de les utiliser. Cela aurait pu être interessant pour les artistes. Cela aurait pu…

Mais ils n’ont pas payé pour !

Depuis, Chevrolet Canada a retiré et effacé toute preuve de ces supports de communications à travers le Canada., representant des pertes se comptant à des millions. Malgré avoir pris conscience de leurs erreurs, seul l’artiste le plus réputé à leurs yeux a reçu un dédommagement laissant les 25 autres impayés pour leur droit d’auteurs.

Après avoir réinvestit des millions pour remplacer la campagne, Chevrol Canada, MacLaren McCann et Cossette méprisent le graffiti, sa communauté et sa culture en continuant de L’EXPLOITER sans avoir suffisament de remords pour réparer le préjudice qu’ils ont causé aux artistes qu’ils ont abusés.

Ironique, lorsque l’on sait qu’aux Etats Unies, la même marque rétribue ses artistes pour leur travail et la culture qu’ils utilisent en promotion du 2012 Sonic

Des procès sont en cours actuellement, mais tout cela est très lent. Car un procès inconnu n’interesse personne. Parlez en à vos amis, partager ce lien, criez le sur tout les toits, faites le vous tatouer s’il le faut. Il faut que les gens soit au courant. Et vous verez que d’un coup, ça ira bien plus vite.

ON COMPTE SUR VOUS !

Eric Clement & Trevor

Eric Clement's work is centered on exploring issues of personal identity and projected images of self. Logos and symbols are re contextualized and pop culture images are obscured and collaged forming new compositions. These elements are used as memory triggers (conscious or subconscious) in Eric's work encouraging the viewer to consider both the original history of the logo or object and the dialogue created by its juxtaposition with other deconstructed logos or symbols. Eric has been involved in The Montreal Hip Hop scene for over 10 years and references hip hop cultures appropriation of outside fashion and icons in his work. Eric is currently finishing a BA at Concordia University and his work has been featured on clothing, album covers, and prints and in several exhibits over the past 5 years.

http://www.ericclementart.com/

Eric Clement & Trevor Wheatley

Eric Clement’s work is centered on exploring issues of personal identity and projected images of self. Logos and symbols are re contextualized and pop culture images are obscured and collaged forming new compositions. These elements are used as memory triggers (conscious or subconscious) in Eric’s work encouraging the viewer to consider both the original history of the logo or object and the dialogue created by its juxtaposition with other deconstructed logos or symbols. Eric has been involved in The Montreal Hip Hop scene for over 10 years and references hip hop cultures appropriation of outside fashion and icons in his work. Eric is currently finishing a BA at Concordia University and his work has been featured on clothing, album covers, and prints and in several exhibits over the past 5 years.

http://www.ericclementart.com/

Emmanuel Laflamme

Emmanuel Laflamme consume avec humour l’imagerie populaire et crée des scènes fortes de sens qui mènent autant à rire qu’à réfléchir. À l’image des surréalistes, il conçoit des représentations dont l’impossibilité manifeste capte l’attention du spectateur. Il crée ses œuvres un peu comme un publicitaire qui n’aurait rien à vendre. Conjuguant les références culturelles, il détourne les mythes anciens et modernes pour nous servir son regard sur le monde, à la fois tendre et critique. L’absurde est son terrain de jeu, l’anachronisme est sa spécialité.

http://www.quartertofour.net/

Emmanuel Laflamme consumes popular imagery with humor, creating scenes with strong meaning that lead us to laugh and think. Like the surrealists, he develops representations with an apparent impossibility that captures the viewer’s attention. He creates his works like a creative director who would have nothing to sell. Combining cultural references, he diverts ancient and modern myths to serve us his perspective on the world, at once tender and critical. The absurd is his playground, the anachronism his specialty.

 

Thes

Thes peint depuis 2007, bien qu’elle ne soit plus très active, on peut toujours remarquer quelques-uns des ces tags dans les rues de Montréal. Tomboy en talon haut, elle amène une arrogante touche de féminité à la scène de street art montréalaise. Thes est une grande amatrice de vielles affiches de films, bandes dessinées cartoons, films de série b et de vernis à ongles. Elle photographie ce qui la passionne, ce qu’elle aime et ce qui l’inspire et diffuse les photos sur son blog.

www.thessythes.tumblr.com/

Listen

Listen est un graffeur entouré de mystères. Ses pièces, les listen birds, sont par contre bien à la vue de tous. Leur forme reste la même : un oiseau légèrement replet à longues pattes arborant une bulle où y est inscrit un mot ou une courte phrase. Toutefois, les couleurs, dimensions et discours varient d’un graffiti à l’autre. Les oiseaux peuvent être aperçus sur de nombreux murs et pièces de mobiliers urbains de Montréal depuis maintes années. Ils ont aussi été vus dans plusieurs grandes villes canadiennes, nous confirmant que nous avons là, un graffeur voyageur qui laisse sa marque un peu partout.

Produkt

Alex Produkt est un artiste à la renommée internationale. Ses oeuvres ont été exposées à L.A., à Berlin et à Tokyo, pour ne nommer que quelques villes. En revanche, c’est sur les murs et les trains de sa ville natale, Montréal, que l’artiste s’est d’abord fait connaitre et où il a développé son style bien particulier. Produkt crée des mondes légèrement décalés de la réalité avec ses personnages à l’allure cauchemardesque. Aujourd’hui, sa production sur canevas et son travail en animation vidéo prennent la majeure partie de son temps, mais son travail dans le street art a définitivement marqué le style de cet artiste de talent.

Quelques-unes des oeuvres ci-dessous ont été réalisé en collaboration avec François Escalmel.